Actualisé 14.01.2008 à 21:32

Les SIG jouent au Père Noël toute l'année

Les Services industriels genevois consacrent 0,1% de leur budget au
sponsoring.

Fortement critiqués ces derniers mois pour sa gestion, les Services industriels genevois (SIG) sont aussi là où on ne les attend pas: dans les musiques actuelles. Il n'est en effet pas rare de voir de plus en plus souvent leur logo sur des affiches de festivals ou de concerts de rock.

Sur un budget annuel d'environ un milliard de francs, les SIG consacrent près d'un million à différentes opérations de soutien, de sponsoring ou d'aide à la culture dans la région. «Si nos aides sont parfois en nature avec le prêt de main-d'œuvre ou de techniciens, le plus souvent nous distribuons de l'argent, précise d'emblée Christian Brunier, le directeur de la communication. Jamais nous ne faisons de cadeaux sous forme d'électricité.» Les SIG philanthropes? «Face à la future libéralisation des marchés dans le domaine de l'énergie, nous devons être présents, explique le directeur. C'est une question d'image et de communication.»

Les heureux bénéficiaires sont répartis en deux catégories. L'une concerne le partenariat historique et le soutien notamment à l'OSR (150 000 fr.), Vernier-sur-Rock (20 000 fr.) et Fête de la musique. La seconde fait partie du fond mécénat. Pour bénéficier d'un coup de main, il convient d'envoyer un dossier aux services concernés. «En 2007, nous avons reçu 234 demandes, précise Christian Brunier. Nous en avons accepté 84 dans le domaine culturel et 23 dans l'humanitaire.» A noter toutefois, que ce fond est passé de 500 000 fr. l'an passé à 400 000 cette année. Economies obligent.

Didier Tischler

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!