Suisse – Les sirènes seront testées dans tout le pays le 2 février
Publié

SuisseLes sirènes seront testées dans tout le pays le 2 février

Le signal d’alarme générale sera testé à 13 h 30 et celui de l’alarme eau pour les régions concernées à 14 h 15. Des informations seront aussi envoyées sur les canaux d’Alertswiss.

Le test annuel des sirènes se fera le 2 février.

Le test annuel des sirènes se fera le 2 février.

Celia Nogler/20Minuten Agency

L’Office fédéral de la protection de la population (OFPP) a annoncé ce lundi que «le test annuel des sirènes aura lieu dans toute la Suisse mercredi 2 février 2022. Comme ces dernières années, il concernera aussi les canaux d’Alertswiss».

Comme expliqué dans un communiqué de presse, «en Suisse, quelque 5000 sirènes fixes sont dévolues à l’alarme générale. Avec le concours de 2200 sirènes mobiles, elles permettent d’atteindre pratiquement toute la population». Le 2 février, les sirènes transmettront à 13 h 30, le signal d’alarme générale. L’OFPP rappelle qu’il s’agit d’«un son oscillant continu d’une durée d’une minute». En cas de besoin, le test pourrait se poursuivre jusqu’à 14 h. En parallèle, chaque canton diffusera une notification d’information via Alertswiss – elle arrivera sur l’application et sera transmise sur le site internet.

Dans les zones situées immédiatement en aval des barrages, un second test sera effectué le mercredi 2 février. Celui de l’alarme eau qui aura lieu de 14 h 15 à 15 h au plus tard. «Ce signale consiste en douze sons graves continus de 20 secondes chacun avec des intervalles de 10 secondes», précise l’OFPP.

En cas d’alarme réelle

L’OFPP rappelle que si les sirènes retentissent en dehors des tests annoncés, «cela signifie que la population est en danger». Si l’alarme générale résonne, «il faut écouter la radio ou s’informer via les canaux d’Alertswiss, suivre les consignes des autorités et informer ses voisins».

En cas d’alarme eau, «la population est invitée à quitter les lieux immédiatement» car elle annonce un danger imminent en aval d’un barrage. L’OFPP précise que les habitants de ces zones disposent d’aide-mémoire au sujet de cette alarme et des possibilités de fuite.

(comm/aze)

Ton opinion

5 commentaires