06.10.2020 à 06:12

VaudLes soi-disant indigents étaient blindés de thunes

Un couple a battu des records en matière d’arnaques aux services de l’État. Le mari a écopé d’une peine ferme à Vevey.

de
Christian Humbert
Le couple avait accumulé une fortune en immeubles et comptes, le tout placé au nom de ses enfants.

Le couple avait accumulé une fortune en immeubles et comptes, le tout placé au nom de ses enfants.

Getty Images/iStockphoto

À la tête d’une fortune immobilière et pécuniaire sur des comptes en Tunisie ou en Suisse au nom de ses enfants, un couple a touché quelque 650’000 francs de prestations sociales sur dix ans. Victimes d’une dénonciation anonyme, le mari, Tunisien d’origine aujourd’hui âgé de 70 ans, et sa femme, d’origine allemande et d’un an sa cadette, ont été détenus 114 jours après leur interpellation en été 2015.

Ils étaient jusque-là toujours passés sous les radars des contrôles. N. J. avait pourtant effectué 152 trajets entre la Suisse et la Tunisie. Il ramenait des véhicules de luxe abîmés, les faisait réparer en Europe et les réexportait. Cette activité, doublée de transferts d’argent pour des tiers, a généré un revenu de près de 400’000 francs par an, selon sa comptabilité, méticuleuse.

Que des montants à six chiffres

Durant toute cette période, le couple a déclaré zéro revenu, sollicitant tous les services de l’État pour obtenir des aides: complémentaires AVS, assurance maladie, revenus d’insertion, etc. L’âge de la retraite venu, il a encaissé ses avoirs de prévoyance professionnelle. Lorsqu’il n’était pas sur des comptes non déclarés, l’argent était dissimulé dans des coffres ou des caches.

Les 18 pages de l’acte d’accusation n’évoquent que des montants à six chiffres en diverses monnaies. Devant le Tribunal de Vevey, la semaine dernière, le procureur Sébastien Fetter a soutenu l’escroquerie par métier et le blanchiment d’argent.

Dizaines de milliers de francs récupérés

Une fois n’est pas coutume, les sommes détournées ne se sont pas évaporées. Le Canton a pu récupérer 570’266 francs et l’AVS 94’229 francs à la suite d’accords avec les escrocs. N. J. a ainsi échappé à une peine nettement plus lourde. Le procureur avait requis 3 ans de prison, dont 1 an ferme contre lui, et 9 mois avec sursis de trois ans contre sa désormais ex-femme. Il a finalement été condamné à 30 mois de prison, dont 10 mois ferme et 20 avec sursis de trois ans. Son ex-épouse a écopé de 9 mois avec sursis de deux ans. Ils devront en outre rembourser 38’272 francs de frais.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!