France: Les soignants dans la rue pour dénoncer leurs conditions de travail

Publié

FranceLes soignants dans la rue pour dénoncer leurs conditions de travail

En France, des milliers de personnels de santé sont descendus dans la rue pour dénoncer leurs conditions de travail et pour réclamer un meilleur salaire.

A Paris, des centaines de personnes manifestaient devant le ministère de la Santé.

A Paris, des centaines de personnes manifestaient devant le ministère de la Santé.

AFP

«Mal payés, pas reconnus, mais toujours sur le front»: des milliers de professionnels de la santé et de l’action sociale ont défilé jeudi en France pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer des revalorisations salariales, selon des journalistes de l’AFP.

A Paris, des centaines de personnes manifestaient devant le ministère de la Santé, brandissant des pancartes: «Notre combat, votre santé», «Augmentez nos salaires !» «De l’argent pour l’hôpital, pas pour le capital".

«Dans nos établissements, nous manquons cruellement de professionnels» et nous lions «la question de l’emploi à l’attractivité de nos métiers et donc à la question salariale, il est important qu’il y ait une revalorisation plus importante que celle accordée dans le cadre du Ségur», a estimé Mireille Stivala, secrétaire générale du syndicat CGT Santé et action sociale.

«Un contrat d’assurance»

«Nous dénonçons aussi que malgré la pandémie, malgré les difficultés pour accueillir les populations, ce gouvernement restructure encore des établissements et supprime des emplois», a-t-elle ajouté.

Il y a la «nécessité» d’offrir des conditions de travail «dignes» à «l’ensemble des travailleurs du social, du médico-social, de la santé, et de l’animation», «on nous appâte avec 183 euros (de hausse salariale promise) mais, quand on gratte un peu, on a l’impression de lire un contrat d’assurance avec tout un tas de choses qui font que nous n’y avons pas le droit», a déploré Ramon Vila, secrétaire fédéral du syndicat Sud santé sociaux, éducateur spécialisé de formation.

À Marseille, plusieurs milliers de manifestants, selon la CGT, ont également manifesté, brandissant des pancartes «pas d’euros, pas de boulot» ou encore «qui sème la misère récolte la colère».

«Il y a trois urgences pour nous: les salaires, le nombre de lits et les embauches (…) Il faut 400’000 créations d’emplois, 100’000 à l’hôpital, 200’000 en (maisons de retraite) Ehpad et le reste dans le médico-social et le social. Il y a une souffrance grandissante», a regretté auprès de l’AFP Cédrid Volait, coordinateur régional de la CGT Santé.

()

Ton opinion

4 commentaires