Les soins palliatifs au lieu du suicide assisté
Actualisé

Les soins palliatifs au lieu du suicide assisté

La fin de vie des patients ne doit pas trouver comme seule issue le suicide assisté. La Société suisse de médecine et de soins palliatifs «palliative ch» veut améliorer la qualité de la prise en charge des personnes en fin de vie.

En comparaison avec les pays anglo-saxons notamment, la Suisse est encore nettement à la traîne dans ce domaine.

«Les soins palliatifs ne sont pas une aide au suicide. Ils permettent au contraire d'éviter que le suicide ne soit l'ultime recours pour le patient qui craint de perdre son pouvoir de discernement et de décision», a déclaré mardi Steffen Eychmüller, co-président de «palliative ch» et médecin-chef de l'unité de soins palliatifs de l'hôpital cantonal de Saint-Gall.

La question du suicide assisté a fait les gros titres des journaux ces derniers mois et ces dernières semaines. Mais on oublie que depuis une bonne vingtaine d'années toute une série de réseaux régionaux de soins palliatifs ont vu le jour en Suisse, grâce notamment au travail de développement et de coordination accompli par «pallative ch» et ses sections.

Pour Roland Kunz, co-président de la société et médecin-chef du service de gériatrie de l'Hôpital régional d'Affoltern, les soins palliatifs vont bien au-delà du simple suivi médical. Ils comprennent aussi le suivi psychologique et spirituel des personnes qui ne peuvent plus être guéries et savent qu'il ne leur reste probablement plus que quelques mois à vivre.

Plan national

La Société suisse de médecine et de soins palliatifs a élaboré un plan dont l'objectif est de diriger la coordination des soins palliatifs en Suisse. «Palliative ch» s'engage ainsi en faveur de la meilleure qualité possible des soins de fin de vie en Suisse. Elle définit aussi les soins palliatifs comme une manière de procéder clairement définie par des directives internationales. La société est en outre prête à prendre en Suisse la direction et la coordination des activités qui ont pour but de faire connaître les soins palliatifs.

Au Canada, en Australie, en Angleterre et aux Etats-Unis notamment, les soins palliatifs font partie intégrante de la prise en charge des personnes et cela depuis de nombreuses années. Les différentes disciplines travaillent main dans la main. En Suisse en revanche, rares sont les cantons à avoir élaboré un concept ou un programme de soins palliatifs. Bien souvent, la prise en charge ne débute qu'au cours des quatre dernières semaines de vie, alors qu'elle devrait commencer dès les derniers mois, selon les normes internationales. (ap)

Ton opinion