Syrie: Les soldats de l'EI fuyaient déguisés... en niqab

Actualisé

SyrieLes soldats de l'EI fuyaient déguisés... en niqab

Les forces kurdes ont capturé trois jihadistes qui tentaient de fuir la ville de Minbej habillés en femme.

par
cga/afp

Des combattants du groupe Etat islamique ont été interceptés alors qu'ils tentaient de quitter la ville de Minbej, en Syrie. Samedi, l'EI avait ignoré la fin de l'ultimatum que lui avaient lancé deux jours plus tôt des forces arabo-kurdes pour que ses combattants évacuent la ville du nord où ils sont assiégés. «La période de 48 heures est terminée» et les jihadistes «n'ont pas répondu» à cette offre de repli, avait indiqué à l'AFP un commandant du Conseil militaire de Minbej sous le couvert de l'anonymat.

Dans le même temps, les forces kurdes ont diffusé des images montrant l'arrestation de trois membres présumés de l'organisation terroriste. Ils tentaient de fuir le siège de Minbej déguisés en femmes et vêtus du niqab, comme le remarque un le site almasdarnews.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance militaire arabo-kurde syrienne soutenue par Washington, ont précisé que l'EI «n'aura plus d'occasions comme celle-là» de fuir cette cité, point de passage important sur l'axe qui permet au groupe jihadiste d'acheminer du ravitaillement en hommes et en matériel depuis la Turquie vers les régions qu'il contrôle en Syrie.

Boucliers humains

«L'EI résiste farouchement aux tentatives des FDS de progresser à l'intérieur de la ville et pousse des enfants vers la ligne de front» comme boucliers humains, a précisé le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane. De son côté, Sherfan Darwish - le porte-parole du Conseil militaire de Minbej, composante des FDS - a souligné dans un communiqué diffusé sur internet que les FDS cherchaient à établir «des passages sécurisés» pour que des civils sortent de Minbej.

Les forces arabo-kurdes avaient affirmé jeudi avoir laissé à l'EI 48 heures pour quitter la ville dans le but de préserver la vie des civils encore présents. Cette annonce était intervenue deux jours après des raids de la coalition internationale ayant tué une cinquantaine de civils près de Minbej selon un bilan de l'OSDH.

Indignée, l'opposition syrienne avait appelé la coalition à suspendre ses frappes en Syrie le temps de mener une enquête alors que des militants syriens et des ONG avaient fait part de leur colère. Le porte-parole de la coalition internationale, le colonel Chris Garver, a affirmé que l'EI «utilisait des civils comme boucliers humains et comme appâts» à Minbej pour «attirer sur eux le feu» des forces arabo-kurdes.

Une vidéo de la version française de Russia Today

(cga/afp/afp)

Ton opinion