Agenda: Les sorties ciné du 4 mars 2020, c'est par ici!
Actualisé

AgendaLes sorties ciné du 4 mars 2020, c'est par ici!

Découvrez les critiques et les bandes-annonces des nouveaux films à l'écran cette semaine.

par
Marine Guillain et Catherine Magnin
«De Gaulle», «En avant» et «Citoyen Nobel»

«De Gaulle», «En avant» et «Citoyen Nobel»

dr

«Citoyen Nobel», de Stéphane Goël

Bande-annonce «Citoyen Nobel»

Bande-annonce «Citoyen Nobel», de Stéphane Goël

«Je ne sais pas, je suis nul en chimie!» répond le Vaudois Jacques Dubochet à un jeune qui l'interroge. «J'ai inventé l'eau froide!» lance-t-il à un autre. Ce qu'il dit de son nouveau statut depuis qu'il a reçu le Prix Nobel pour ses travaux en cryomicroscopie électronique? «Faut pas péter plus haut que son cul.» Humble, naturel, espiègle... le septuagénaire est un sacré personnage. Pour «Citoyen Nobel», Stéphane Goël («Fragments du paradis», «Insulaire») a pris l'angle de la gestion de la célébrité, que Jacques Dubochet utilise pour faire entendre sa voix. Et tenter de sauver l'avenir de la planète. Son enthousiasme est contagieux, son émotion (en pleine grève du climat à Lausanne) aussi, et le doc n'en est que plus savoureux. Nous avons rencontré Stéphane Goël et Jacques Dubochet la semaine passée à Lausanne. Pour découvrir leur interview en vidéo, c'est par là que ça se passe. ****

«En avant», de Dan Scanlon

Bande-annonce «En avant»

Bande-annonce «En avant», de Dan Scanlon

«En avant», 22e film des studios Pixar, aborde le thème du deuil à l'aune d'un optimisme salvateur. Pour la critique, c'est par ici.

«Fiancées», de Julia Bünter

Bande-annonce «Fiancées»

Bande-annonce «Fiancées», de Julia Bünter

Trois Cairotes en passe de se marier sont au centre du doc de la Genevoise Julia Bünter. La première, musulmane, défend l'égalité des sexes. La deuxième, chrétienne, s'interroge sur son futur rôle de mère. Et la troisième, artiste, affronte l'usure de l'attente. Des questionnements révélateurs des tiraillements de la société de là-bas, qui font écho à ce qui se discute ici. ***

«Papi Sitter», de Philippe Guillard

Bande-annonce «Papi Sitter»

Bande-annonce «Papi Sitter», de Philippe Guillard

Pour la pousser à potasser, les parents de Camille lui ont collé sur le dos ses deux grands-pères. Et quels grands-pères! L'un (Gérard Lanvin) est gendarme à la retraite, psychorigide. L'autre (Olivier Marchal), gérant de boîtes de nuit, olé olé. Évidemment, ça clashe autant entre papis qu'entre générations. L'argument de cette comédie ne présageait rien de bon. Mais, sans révolutionner le genre, le scénariste et réalisateur Philippe Guillard manie la caricature avec un sens de la mesure convaincant. On n'ira pas jusqu'à accorder la mention très honorable à «Papi Sitter», mais il est tout de même au-dessus de la moyenne. **

«De Gaulle», de Gabriel Le Bomin

Bande-annonce «De Gaulle»

Bande-annonce «De Gaulle», de Gabriel Le Bomin

De Gaulle était très grand (physiquement –1m96– et moralement). Pas comme le film poussif et empesé que lui consacre Gabriel Le Bomin, juste bon à réviser son histoire: en 1940, le général (Lambert Wilson), en désaccord avec Pétain, part à Londres lancer l'appel du 18 juin alors que sa famille est sur les routes de l'exode. *

Et encore...

Road trip à pied et invisibilité

Ce mois-ci, deux longs métrages seront à découvrir nulle part ailleurs qu'au CityClub Pully (VD). «Lillian», de l'Autrichien Andreas Horvath, raconte le périple d'une jeune femme qui décide de rentrer à pied de New York à sa Russie natale. Dans «L'angle mort», des Français Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic, un homme est capable de devenir invisible. Un pouvoir secret, jusqu'à ce qu'il échappe à son contrôle... Ces deux films étaient sélectionnés à Cannes (respectivement la Quinzaine et l'Acid) 2019. Pas vus.

Bande-annonce «L'angle mort»

Bande-annonce «L'angle mort», de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic

Bande-annonce «Lillian»

Bande-annonce «Lillian», d’Andreas Horvath

Sortie en deux temps

Avis aux Genevois: le thriller colombien «Monos», qui était sorti en septembre dans le reste de la Suisse romande après avoir parcouru les festivals internationaux, débarque au bout du lac. On vous recommande vivement cette expérience envoûtante, qui met en scène des ados chargés de surveiller une otage dans des montagnes coupées du monde. Le film sera projeté au Cinerama Empire. ****

Bande-annonce «Monos»

Bande-annonce «Monos», d'Alejandro Landes

Classiques à (re)voir

rétrospectives William Friedkin («L'exorciste») et Abbas Kiarostami («Le goût de la cerise»): deux grands réalisateurs que la Cinémathèque suisse met en avant en mars et avril. L'occasion de rattraper «The French Connection» et «La chasse – Cruising» du premier, ou de découvrir un pan de l'Iran à travers «Shirin» et «Close-Up» du second.

Ton opinion