Agenda: Les sorties cinéma du 8 avril 2015
Actualisé

AgendaLes sorties cinéma du 8 avril 2015

Tous les nouveaux films sur les écrans en Suisse romande en quelques clics.

par
Catherine Magnin
1 / 6
«A most violent year», de J.C. Chandor.Le troisième film du réalisateur de «Margin Call» et «All is lost» plonge dans les histoires de pègre à New York dans les années 80.Visionnez la bande-annonce et lisez notre critique sur notre site

«A most violent year», de J.C. Chandor.Le troisième film du réalisateur de «Margin Call» et «All is lost» plonge dans les histoires de pègre à New York dans les années 80.Visionnez la bande-annonce et lisez notre critique sur notre site

DR
«Theeb», de Naji Abu Nowar.Un film jordanien, tourné avec des Bédouins, qui mêle Histoire, aventure et initiation autour d'un jeune garçon.Visionnez la bande-annonce et lisez notre critique sur notre site

«Theeb», de Naji Abu Nowar.Un film jordanien, tourné avec des Bédouins, qui mêle Histoire, aventure et initiation autour d'un jeune garçon.Visionnez la bande-annonce et lisez notre critique sur notre site

DR
«Pourquoi j'ai pas mangé mon père», de Jamel Debbouze.Pour son premier film, Jamel s'est glissé dans la peau d'un simien, pour une adaptation libre du roman de Roy Lewis.Visionnez la bande-annonce et lisez notre critique sur notre site

«Pourquoi j'ai pas mangé mon père», de Jamel Debbouze.Pour son premier film, Jamel s'est glissé dans la peau d'un simien, pour une adaptation libre du roman de Roy Lewis.Visionnez la bande-annonce et lisez notre critique sur notre site

DR

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. C'est ce qu'illustrent les nouveaux films à l'affiche cette semaine.

Dans «Pourquoi j'ai pas mangé mon père», le film d'animation en 3D de Jamel Debbouze, le héros tombe de son arbre: un petit pas pour lui, un grand pas pour l'humanité.

Dans «A most violent year», un immigré doit lutter ferme pour faire sa place dans le milieu violent des affaires à New York.

Le petit héros de «Theeb» ne pensait pas être le dernier survivant d'une expédition à travers le désert.

Le personnage central du «Dernier coup de marteau» doit se démener entre une mère malade et un père qu'il n'avait jamais rencontré.

Enfin, plus légère, dans «Clochette et la créature légendaire», la fée doit affronter un monstre... et des préjugés.

Ton opinion