Justice fribourgeoise – «Les souffrances de cette enfant vont perdurer des décennies»
Publié

Justice fribourgeoise«Les souffrances de cette enfant vont perdurer des décennies»

Un père pédophile est jugé notamment pour des actes abjects sur sa fillette. Les faits, filmés par ses soins, ont débuté lorsqu’elle était un nourrisson.

par
Frédéric Nejad Toulami
L’arrivée de l’accusé ce mardi matin au procès à Granges-Paccot (FR).

L’arrivée de l’accusé ce mardi matin au procès à Granges-Paccot (FR).

20min/Sébastien Anex

L’acte d’accusation du procès commencé ce mardi matin à Granges-Paccot (FR) décrit un drame indicible. L’accusé, Y.M., fait face à la cour pénale mais une paroi mobile en bois a été installée afin de le soustraire au regard de sa femme présente à quelques mètres, aussi plaignante.

Âgé de 52 ans, Y.M. est jugé pour avoir fait subir des actes sexuels dont des viols à son enfant 12 jours après sa naissance et jusqu’à l’âge de 7 ans. Avec les années, il l’a aussi accessoirisée et fait jouer des scénarios pornographiques prédéfinis, tandis que son épouse était absente, sans omettre parfois de la zoophilie avec un chien. Durant toutes ces années, ce Suisse a filmé et photographié ces scènes criminelles sur sa fillette puis a archivé méticuleusement ces centaines de documents visuels sur des supports digitaux.

Vidéos écœurantes archivées et sécurisées par l’accusé

«Ses disques durs saisis chez lui étaient tellement bien sécurisés qu’il a fallu les envoyer à une société spécialisée en Allemagne pour parvenir à accéder au contenu et découvrir les images, a expliqué le procureur Jean-Luc Mooser. Le président du Tribunal a prononcé un huis clos au moment de visionner en audience de ce mardi matin certaines de ces images à charge contre le prévenu.

Début 2019, lorsque la fillette de 8 ans a commencé a décrire des faits à sa mère, cette dernière a porté plainte contre son mari. Interrogée par le président du Tribunal et le procureur, elle assure ne s’être doutée de rien jusqu’alors, même durant les années après la naissance de leur fille où ils n’avaient presque plus de rapports sexuels.

«Il nous a détruites!»

Souffrant d’un trouble de la personnalité et d’une dépression, elle prend divers médicaments depuis des années. Après 30 ans de vie commune qu’elle dépeint comme heureuse au début, cette Fribourgeoise parle d’une emprise totale que son époux exerçait sur elle, ainsi que de «régulières contraintes psychologiques» pour expliquer sa propre attitude complice dans des jeux sexuels filmés où on la voit en tenue d’enfant, en modifiant même sa voix. «Il nous a détruites!» décrit-elle.

D’après le rapport d’expertise psychiatrique demandé par la justice, l’accusé est pleinement responsable de ses actes. Il a été placé en détention provisoire en février 2019. Quant au curateur de la fille, présent au procès, il a longuement décrit la triste situation: «L’enfant est en survie. Elle est pleine de souffrances, d’angoisse envahissante, et avec la puberté elle a un besoin compulsif au niveau de l’éveil de la sexualité» Il mentionne aussi les problèmes scolaires et les difficultés de sociabilité tant avec les autres enfants qu’avec les adultes qu’elle rencontre.

Des craintes sur la santé et la vie de l’enfant

«Elle va avoir beaucoup de problèmes à construire sa vie sur tous les plans car ses souffrances vont perdurer des décennies, déclare le curateur. On lui a tout volé au lieu de lui donner de l’amour et de l’empathie; ses références en matière sexuelles sont complètement biaisées.» Et de conclure sur les craintes que la petite victime tombe dans la prostitution ou ne développe des tendances suicidaires. Durant cet énoncé, le père sanglote, une main posée sur son front.

Le procès se poursuit mardi et mercredi.

Ton opinion