Les stars brisent un tabou en parlant de leur santé mentale

Jennifer Lopez, Adele, Camila Cabello et Shawn Mendes ont confié devoir prendre soin de leur santé mentale.

Jennifer Lopez, Adele, Camila Cabello et Shawn Mendes ont confié devoir prendre soin de leur santé mentale.

Pexels / Instagram jlo, adele, camila_cabello, shawnmendes
Publié

stress, anxiété, angoissesLes stars dépressives nous aident à briser un tabou

Shawn Mendes, Jennifer Lopez ou Camila Cabello soignent leur santé mentale et en parlent. Les psychologues approuvent ces prises de parole.

par
Lauren Cavin-Hostettler

«Le fardeau et la pression m’ont rattrapé et j’ai atteint un point de rupture», annonçait le chanteur Shawn Mendes le 8 juillet dernier, mettant ainsi en pause sa tournée. Il n’est pas la première célébrité à aborder publiquement la question de sa santé mentale. Jennifer Lopez a révélé avoir souffert d’une crise d’angoisse liée à du surmenage au début de sa carrière et, dans de récentes entrevues, Camila Cabello et Adele ont confié qu’elles avaient souffert d’anxiété généralisée.

«Ces prises de paroles publiques peuvent avoir un effet positif au niveau social. Ce partage d’expérience agit comme une révélation de soi qui normalise une problématique», explique Paolo Cordera, psychologue et psychothérapeute au Service de psychiatrie de liaison et d'intervention de crise des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). «Cela permet de déstigmatiser les problématiques de santé mentale et de les dédiaboliser.»

Une grande influence

Si une augmentation des consultations n’est pas encore constatée, le psychologue admet que cette médiatisation peut encourager la recherche d’aide: «Se reconnaître dans un témoignage permet de se sentir moins seul. Cela aide ensuite à en parler.» Selon Paolo Cordera, «Pour avoir un impact positif, il faut que le témoignage soit authentique et ne pas être un outil de communication. Les médias ont également un rôle important à jouer, au niveau de la sensibilisation et de l’éducation.»

Le regard sur la santé mentale a évolué depuis la pandémie. «De nombreux jeunes ont ressenti des états d’anxiété, de stress, voire de dépression. Les témoignages de célébrités les touchent directement, via les réseaux sociaux», commente Paolo Cordera. «Avec leurs larges bassins d’audiences, elles influencent beaucoup de personnes.» Le psychologue met cependant en garde contre les effets négatifs de cette médiatisation: «Par exemple, après le suicide de Robin Williams en 2014, une augmentation des suicides a été observée. Toutefois, les demandes d’aide avaient, elles aussi, augmenté.»

En parler pour lever le tabou

Pour Jean-Victor Blanc, psychiatre à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, auteur de «Pop & Psy – Comment la pop culture nous aide à comprendre les troubles psychiques» (éd. Plon) et présent sur les réseaux sociaux, «les troubles psychiques sont tellement stigmatisés que c’est bien d’avoir des exemples positifs», comme des stars qui réussissent à mener leur carrière tout en soignant leurs troubles. «Plus on en parle, plus c’est montré de manière positive, plus les personnes arrivent à lever le tabou», explique-t-il sur Instagram.

«Les troubles psychiques sont assez mal représentés. Ils sont souvent déformés, montrés de manière négative, violente ou anxiogène. Ces représentations faussées ont un impact négatif auprès des patients, mais aussi de l’entourage», décrit-il.

Ton opinion

10 commentaires