Radios/TV régionales: Les stations sans concession pas forcément condamnées
Actualisé

Radios/TV régionalesLes stations sans concession pas forcément condamnées

Sans concession, les diffuseurs ne peuvent pas profiter de la redevance et des privilèges liés à ce sésame. Mais cela ne signifie pas qu'ils doivent automatiquement cesser leurs activités.

vendredi devant les médias^

Le ministre de la communication, Moritz Leuenberger, prend pour exemple le cas de Tele Züri, une TV existante mais qui n'a pas obtenu de concession. Dans ces conditions, cette station peut continuer d'émettre sans avoir à respecter les restrictions et obligations imposées aux concessionnaires en termes de zone de desserte et de contenu.

Les craintes selon lesquelles Tele Züri devrait se retirer des régions dans lesquelles elle émettait jusqu'ici sont infondées, a ajouté M. Leuenberger. Elle n'aura certes pas d'accès privilégié aux infrastructures de diffusion, mais elle peut faire une demande et négocier avec les câblo-opérateurs. L'expérience montre en outre que ceux-ci ne déprogramment pas les chaînes qui jouissent d'une bonne audience.

A titre de canal alternatif, Moritz Leuenberger a aussi cité Internet, ainsi que le DAB pour la radio, encore peu répandu. L'accès à la télévision numérique terreste (TNT) semble par contre réserver à la SSR.

Bien qu'il existe des options, le conseiller fédéral a toutefois admis qu'une telle situation n'est pas facile. Aucune télé privée existante en Suisse romande n'est concernée, contrairement aux radios Meyrin FM (Genève) et One FM (Arc lémanique).

En cas de fermeture et de licenciement, les nouveaux venus sur la scène audiovisuelle ont déjà annoncé leur intention de vouloir engager des professionnels, y compris venant d'autres médias, a assuré M. Leuenberger.

(ats)

Ton opinion