Musique: Les studios de Prince ouvrent leurs portes

Actualisé

MusiqueLes studios de Prince ouvrent leurs portes

Les studios de Paisley Park seront ouverts aux visiteurs deux jours de plus en octobre, samedi, et le 14 octobre.

1 / 61
Les héritiers de Prince ont donné leur accord à la sortie, en juin, d'un nouvel album du défunt chanteur américain. Il comprendra 14 titres inédits, essentiellement des démos enregistrées pour d'autres artistes et dont plusieurs sont ensuite devenues des tubes. (Jeudi 25 avril 2019)

Les héritiers de Prince ont donné leur accord à la sortie, en juin, d'un nouvel album du défunt chanteur américain. Il comprendra 14 titres inédits, essentiellement des démos enregistrées pour d'autres artistes et dont plusieurs sont ensuite devenues des tubes. (Jeudi 25 avril 2019)

AFP
La justice américaine a indiqué qu'elle n'engagerait pas de poursuites pénales au terme de l'enquête sur les circonstances de la mort de Prince. (Jeudi 19 avril 2018)

La justice américaine a indiqué qu'elle n'engagerait pas de poursuites pénales au terme de l'enquête sur les circonstances de la mort de Prince. (Jeudi 19 avril 2018)

Keystone
Une rétrospective de la vie du chanteur Prince est proposée, à Londres. (Jeudi 26 octobre 2017)

Une rétrospective de la vie du chanteur Prince est proposée, à Londres. (Jeudi 26 octobre 2017)

AFP

Guitares, moto, tenues, les fans de Prince ont pu toucher du doigt jeudi, pour la première fois, l'univers de leur idole à Paisley Park, son antre historique du Minnesota, qui dépasse déjà, pour certains, le Graceland d'Elvis Presley.

Depuis sa construction, en 1987, cet ensemble de bâtiments blancs sans cachet est objet de fantasmes, même si Prince lui-même y avait déjà invité, de son vivant, quelques poignées de fans.

Outre la production connue de Prince, Paisley Park aurait ainsi vu le tournage de dizaines de clips et l'enregistrement de plusieurs albums restés depuis dans les coffres des studios, selon plusieurs proches de l'artiste.

Le gestionnaire de fortune Bremer Trust, qui administre les biens du chanteur défunt à la demande de ses frères et soeurs, prévoyait initialement d'ouvrir Paisley Park en continu à compter de jeudi.

Attente d'un examen de fond

Mais le conseil municipal de Chanhassen, où se trouve Paisley Park, a toutefois jugé lors d'un vote à l'issue d'une réunion publique sur le sujet mardi qu'il fallait plus de temps pour débattre du projet.

Dans l'attente de l'examen du projet sur le fond, Bremer Trust a donc transigé en annonçant que Paisley Park serait ouvert aux visiteurs durant trois jours en octobre, jeudi, samedi, et le 14 octobre.

Jeudi, dès 08H30, les premiers fans sont arrivés sur les lieux en bus pour découvrir une partie des 5100 mètres carrés du complexe.

«Je suis déjà allé à Graceland plusieurs fois», a expliqué, à la sortie, Phyllis Jackson, une résidente du Minnesota âgée de 77 ans. «Ca, c'est tellement plus. On voit qu'il l'avait pensé comme un musée avant sa mort, parce qu'il y avait tellement de choses là-dedans.»

Prince Rogers Nelson est mort le 21 avril, à 57 ans, d'une overdose d'analgésiques.

Instruments de musique partout

Certaines parties de Paisley Park avaient été décorées pour l'occasion d'objets ayant appartenu à celui qui fut un temps le «Love Symbol», et d'autres laissées en l'état, notamment son principal studio de travail, le studio A.

Un reportage tourné pour l'émission «Today» sur la chaîne NBC montre notamment, sur un pupitre du studio, le texte d'une chanson sur lequel Prince a griffonné des annotations.

Les studios regorgent d'instruments de musique, propriété de Prince qui était multi-instrumentiste, notamment un piano à queue, une batterie ou la fameuse guitare reprenant le logo du «Love Symbol».

Moto de «Purple Rain»

Les fans ont eu également la chance de voir la célèbre moto pourpre du film «Purple Rain», ainsi que plusieurs des tenues chamarrées de celui qui a toujours conservé son port d'attache dans le Minnesota, son lieu de naissance.

Plusieurs pièces étaient dédiées à des thèmes: des albums comme «Purple Rain» ou «Graffiti Bridge», ainsi que le petit concert, passé à la postérité, donné en 2007 à la mi-temps du Super Bowl, la finale du championnat professionnel de football américain.

«Il était hors norme, et ça se voit», a commenté, émerveillée, Jennifer Wolf, après sa visite.

«Son héritage va continuer à vivre», s'est enthousiasmée Sonja Fagan, qui avait fait le trajet depuis Dublin, «et c'est ce qu'il aurait voulu.» (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion