Actualisé 26.09.2018 à 10:14

Suisse

Les Suisses favorables à un accord-cadre avec l'UE

Selon un sondage, la majorité des Helvètes est pour un accord-cadre avec l'Union européenne.

Le sondage ne révèle que peu de différence entre l'opinion des femmes et celle des hommes. (Photo d'illustration)

Le sondage ne révèle que peu de différence entre l'opinion des femmes et celle des hommes. (Photo d'illustration)

Keystone

Une majorité de Suisses est favorable à trouver un accord-cadre avec l'Union européenne, les Romands en tête. Seuls les partisans de l'UDC sont nettement contre, selon un sondage effectué par l'institut Sotomo pour la SSR.

D'après l'enquête réalisée en ligne et publiée mercredi par la RTS, 59% des électeurs se déclarent favorables à un accord-cadre avec l'UE, alors que 38% s'y opposent.

Soutien marqué

Le soutien est particulièrement marqué dans le camp socialiste (86%), chez les Verts (79%) et les Vert'libéraux (82%). Côté PDC (75%), PLR (75%) et PBD (64%), le oui est également clair mais moins massif. Seuls les sympathisants de l'UDC se déclarent nettement contre un accord-cadre: 81% des sondés lui disent non.

Le soutien à la négociation d'un tel accord est très marqué chez les sondés avec un niveau d'études universitaire (75%) et en Suisse romande (66%). Les Alémaniques y sont favorables à 58%. En revanche, une nette majorité de Tessinois s'y opposent (55%).

Le sondage ne révèle que peu de différence entre l'opinion des femmes (62% de oui) et celle des hommes (58%). Par tranche d'âge, 60% des 18-35 ans approuvent des négociations avec l'UE, tout comme 59% des 36-55 ans et 59% des plus de 55 ans.

Concessions

Pour parvenir à un accord, les personnes interrogées se déclarent ouvertes à des compromis (53%). Elles estiment notamment que les procédures de contrôle de la protection salariale pourraient être simplifiées (40%). Une minorité (9%) y serait prête à transiger sur la protection des salaires elle-même et 4% à revoir à la baisse les mesures d'accompagnement.

Les avis sont très partagés sur l'attitude des syndicats, qui ont refusé de s'asseoir à la table des négociations avec le gouvernement pour discuter d'un aménagement des mesures d'accompagnement: 34% des sondés estiment qu'ils ont raison, 45% y voient un refus du dialogue qui ne devrait pas exister en Suisse et 15% pensent que les torts sont partagés.

Fait pas banal, la plus grande proportion de défenseurs de l'action de l'Union syndicale suisse (USS) ne se trouvent pas au sein de la gauche mais parmi les sympathisants de l'UDC, qui ne veulent de toute façon pas d'un accord-cadre.

Sotomo a réalisé le sondage en ligne du 13 au 18 septembre auprès de 12'179 personnes. La marge d'erreur est de plus ou moins 1,5%. (nxp/ats)

Accord-cadre profitable

Quatre ans après son entrée en vigueur, l'accord de libre-échange conclu entre Berne et Pékin a bel et bien profité aux entreprises, selon une étude compilée pour l'occasion par les Université de Saint-Gall et de Nanjing, publiée mercredi par la Chancellerie saint-galloise. L'allègement notamment des droits de douanes dans les deux sens ont permis aux exportateurs des deux pays de réaliser des économies de plusieurs centaines millions de francs.

Les auteurs du rapport soulignent néanmoins que le potentiel d'économie n'a été exploité qu'à peine à plus de 40% côté chinois comme côté helvétique, principalement en raison de difficultés pour l'obtention de certificats d'origine.

Si les sociétés de l'Empire du Milieu disposent depuis 2014 déjà d'un accès détaxé au marché helvétique pour la plupart de leurs produits, leurs homologue helvétique ne jouissent que depuis peu de tels allègement, l'accord prévoyant une levée progressive sur cinq ans des barrières douanières dans ce sens.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!