Santé: Les Suisses favorables au dossier électronique du patient
Actualisé

SantéLes Suisses favorables au dossier électronique du patient

Les Suisses sont favorables à l'introduction du dossier électronique du patient, selon un rapport du Centre d'évaluation des choix technologiques TA-Swiss.

A leurs yeux, les avantages l'emportent sur les risques. La constitution de telles archives devrait toutefois être laissée au libre choix des patients.

Pour ce publifocus, mené au printemps 2008, TA-Swiss a organisé dans les trois régions linguistiques trois groupes de discussion composés de citoyens choisis au hasard. Résultats, les participants trouvent avant tout des côtés positifs à la carte électronique des patients.

A leurs yeux, des archives électroniques simplifieraient les modalités lors d'un changement de médecin ou lors d'un déménagement dans un autre canton ou à l'étranger. Elles amélioreraient la communication entre professionnels de la santé et offriraient davantage de transparence aux différents services liés à un traitement médical. Elles permettraient en outre aux patients d'avoir accès tout au long de leur vie à leur passé médical.

Le danger d'un usage abusif des données médicales a été jugé plutôt faible. Les seules craintes exprimées ont été que des assureurs ou des employées demandent à voir leurs données médicales ou les consultent sans autorisation. Les citoyens veulent en conséquence pouvoir définir eux-mêmes, ou en accord avec leur médecin, qui a le droit d'accéder à leurs données. Le dossier électronique du patient doit en outre être volontaire. Tenir ou faire tenir de telles archives devrait être laissé au libre choix tant des patients que des professionnels de la santé.

Spécialistes pas d'un autre avis

Les opinions des citoyens ne diffèrent, sur le fond, pas de celles des spécialistes interrogés, souligne TA-Swiss. Pour la présidente de l'Organisation suisse des patients (OSP) Margrit Kessler, la sécurité des données est la première priorité. Les patients devraient en outre pouvoir définir eux-mêmes les données qui seront enregistrées sur une éventuelle carte de santé.

Le Conseil fédéral a approuvé en janvier 2007 une «stratégie nationale eHealth». Elle prévoit l'introduction d'ici 2015 du dossier électronique du patient. La carte d'assuré munie d'une puce électronique, prévue pour le courant 2009, constitue le premier pas. (ap)

Ton opinion