JO 2018 - Curling: Les Suisses n'ont pas eu le temps d'y croire
Actualisé

JO 2018 - CurlingLes Suisses n'ont pas eu le temps d'y croire

L'équipe de Suisse s'est inclinée largement contre la Suède en demi-finale du tournoi des JO (9-3). Elle jouera vendredi à 7h35 pour tenter d'arracher le bronze.

1 / 70
Bob à 4
Bob à 4

Rico Peter, quatrième, a manqué le bronze avec le bob à quatre suisse pour 21 centièmes. Dur dur (Dimanche 25 février 2018).

Keystone
Ski de fond
Ski de fond

Dario Cologna n'a eu aucune chance sur le 50 km olympique en style classique de Pyeongchang. Le Grison termine 9e (Samedi 24 février 2018).

Keystone
Snowboard
Snowboard

La joie du grison Nevin Galmarini sur la plus haute marche du géant parallèle à Pyeongchang (Samedi 24 février 2018).

Keystone

L'exploit de la matinée contre la Grande-Bretagne en barrage avait peut-être entamé les réserves. Cette défaite des Genevois du skip Peter de Cruz ne les condamne pas à repartir bredouilles de ce tournoi olympique. Ils pourront disputer la rencontre pour la médaille de bronze vendredi (à 7h35, heure suisse) contre le perdant du match Etats-Unis - Canada.

Après leur magnifique fin de match contre la Grande-Bretagne en matinée (9-5 après un coup de cinq dans le 9e end), les Suisses (de Cruz, Claudio Pätz, Valentin Tanner et Benoît Schwarz) sont passés à côté de leur demi-finale. Il faut dire qu'ils tombaient contre les Nos 1 mondiaux du skip Niklas Edin, qui ont été dignes de leur statut. La Suède est sextuple championne d'Europe et double championne du monde.

Tout s'est joué au 4e end. Les Suédois ont réussi un magnifique coup de quatre, grâce à un lancer tout en douceur de Niklas Edin, qui a mis à profit les approximations de Benoît Schwarz dans cette reprise. En fait, les Nordiques avaient bien joué le coup dans l'end précédent déjà, en arrachant un 0-0 qui leur permettait de conserver l'avantage de la dernière pierre. Ils l'ont exploité au maximum.

Ce faisant, les protégés de Claudio Peschia leur ont bien facilité la tâche. Pendant qu'Edin affichait un taux de réussite de 96 % après quatre ends, les Suisses évoluaient tous en deçà de leurs possibilités. Claudio Pätz en particulier, si précieux dans les moments durs du tour préliminaire, n'était pas dans un bon jour. Pour avoir une chance contre ces Vikings, il eût fallu que les Genevois soient tous à leur top. L'inverse s'est produit.

Menant 6-2 après 4 reprises, les Suédois ont eu ensuite tout le loisir de contrôler les opérations. Concentrés jusqu'au bout, ils n'ont quasiment raté aucun coup et ont eu la voie libre pour faire valoir la qualité de leur jeu défensif. La précision était suédoise ce jeudi à Gangneung.

(ats)

Ton opinion