Les Suisses ne font pas assez de sport
Actualisé

Les Suisses ne font pas assez de sport

Deux tiers de la population suisse souffrent d'un manque d'activité physique. Les Romands sont les seuls à être en progression...

Le recul de l'activité physique constaté entre 1992 et 1997 a pu être stoppé outre-Sarine, a indiqué mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS), qui publiait son Enquête suisse sur la santé, menée conjointement avec l'Office fédéral des sports (OFSPO). Mais les différences entre régions linguistiques se sont incontestablement renforcées, selon le communiqué.

En Suisse romande et au Tessin, le manque d'exercice continue à s'accroître. Le nombre de personnes qui n'effectuent jamais leurs trajets quotidiens à pied ou à vélo a encore augmenté de 1997 à 2002. Les femmes se rapprochent peu à peu des valeurs plus basses des hommes en la matière. Elles s'efforcent toutefois davantage de compenser ces déficits par le sport, écrit l'OFS.

Zoug champion

C'est dans le canton de Zoug que la population fait le plus d'exercice et dans le canton du Tessin que l'on trouve la plus grande part d'inactifs. Par ailleurs, l'intensité de l'activité physique est inférieure à la moyenne dans la population d'origine étrangère. Les étrangères âgées de 15 à 34 ans manquent singulièrement d'exercice physique.

Selon l'OFS, les habitants des régions urbaines sont plus enclins à effectuer leurs trajets quotidiens à pied ou à vélo. La durée et l'intensité des ces activités physiques sont cependant trop faibles pour exercer un effet bénéfique, même si la moitié de la population s'y adonne quotidiennement.

Recommandations peu suivies

Un tiers des Suisses en moyenne pratique chaque jour au moins 30 minutes d'activités physiques ou sportives provoquant un léger essoufflement. Les deux tiers restants ne suivent pas ces recommandations favorables au maintien d'une bonne forme physique, affirme encore l'Enquête suisse sur la santé.

En outre, la moitié de la population suisse environ fait du sport au moins une fois par semaine et fournit un effort provoquant l'essoufflement et la transpiration. Un quart de la population transpire régulièrement dans ses activités professionnelles et domestiques, ou en effectuant du jardinage.

Selon l'âge

D'une manière générale, le niveau d'activité physique recule fortement entre l'âge de 20 et 30 ans, ainsi qu'après l'âge de 74 ans. A partir de 65 ans, l'activité physique dans le cadre professionnel et sportif diminue, mais ce recul est compensé par une pratique plus intensive de la marche à pied.

Selon l'enquête, les hommes sont plus enclins à produire un effort physique que les femmes jusqu'à l'âge de trente ans, mais les femmes comblent leur déficit avec les années. Les personnes des deux sexes ont ainsi un niveau comparable d'activité physique entre les âges de 35 et 65 ans.

Absentéisme «sportif»

Par ailleurs, le degré d'activité physique augmente en proportion du niveau d'éducation et de revenu. Les données de l'OFS retiennent également que les jours d'absence au travail pour cause d'accidents sportifs sont légèrement supérieurs aux jours d'absence enregistrés chez les personnes physiquement inactives. (ats)

Ton opinion