Actualisé 22.04.2007 à 20:49

Les Suisses ne veulent pas d'armes à la maison

BERNE – Une majorité de Suisses estiment que le domicile n'est pas un endroit pour des armes militaires.

Deux tiers des Suisses ne veulent plus que les fusils d'assaut ou les pistolets restent entreprosés chez eux. Ce sont les chiffres d'un sondage révélé hier par SonntagsBlick. Plusieurs organisations et partis opposés au maintien des armes à la maison décideront le 25 mai à Berne de lancer l'initiative «Protection contre la violence des armes». Selon le sondage, si les citoyens devaient s'exprimer la semaine prochaine, le oui l'emporterait à 65,6%. Les femmes disent même oui à 75,5%, relève l'enquête d'opinion. Lundi, la Commission de la politique de sécurité du Conseil des Etats s'est prononcée pour une interdiction de principe de la munition militaire à la maison. Les fusils et pistolets resteraient dans les armoires, mais seuls un maximum de 2000 soldats – au lieu de 120 000 actuellement – conserveraient leurs munitions chez eux. Selon le sondage, 41,8% des personnes interrogées soutiennent cette variante. Trois sondés sur quatre considèrent que l'armée peut remplir sa mission même si les armes militaires et les munitions ne peuvent plus être conservées à la maison. En ce qui concerne les drames familiaux, 31,7% des personnes estiment qu'ils pourraient être évités si les armes militaires étaient interdites à la maison. Ce pourcentage passe à 47,5% en Suisse romande. Un registre national des armes est souhaité. Selon 68,8% des sondés, la législation actuelle n'est pas suffisante. L'enquête a été menée fin avril par l'institut Isopublic. Au total, 1203 personnes ont été interrogées.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!