Actualisé 01.07.2020 à 10:24

E-commerce

Les Suisses ont dépensé près de 10 milliards en ligne en 2019

Un chiffre en hausse de 8,2% qui promet un record pour 2020 grâce à la crise du Covid-19 et la fermeture des magasins physiques qui a poussé les consommateurs vers le e-commerce.

Les fournisseurs étrangers ont enregistré une croissance inférieure à celle des fournisseurs suisses.

Les fournisseurs étrangers ont enregistré une croissance inférieure à celle des fournisseurs suisses.

Keystone

Le commerce en ligne a poursuivi son essor en Suisse en 2019. Au total, près de 10 milliards de francs ont été dépensés, un montant en hausse de 8,2% sur un an. L'exercice 2020 promet de battre des records, le coronavirus ayant encouragé beaucoup de consommateurs à se tourner vers la vente en ligne, selon une étude de la Haute école du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW) et de Datatrans.

Quant au commerce de détail dans son ensemble, y compris les magasins stationnaires, il n'a que grapillé 0,3% l'année dernière. L'e-commerce a bénéficié des mesures mises en oeuvre pour lutter contre la pandémie, de sorte que son taux de croissance devrait être multiplié par deux, voire trois par rapport à l'année dernière. «Nous prévoyons une croissance de l'ordre de 22 à 30%" en 2020, a indiqué Ralf Wölfe, professeur et responsable de l'étude.

Meilleure croissance en Suisse

Certes, la période de confinement a également été synonyme de performances médiocres pour de nombreux fournisseurs en ligne mais la crise a permis malgré tout de déclencher «un élan de confiance» par ce biais. Par conséquent, cela a permis «d'accélérer durablement le passage au canal numérique». Les entreprises sont optimistes quant à la croissance de leurs ventes réalisées sur la Toile. D'ici 2025, deux tiers d'entre elles s'attendent à une progression de 50% de leur chiffre d'affaires via ce segment.

Parmi les grandes tendances de l'exercice 2019, les fournisseurs étrangers ont enregistré une croissance inférieure à celle des fournisseurs suisses. Contrairement à d'autres pays, la part de marché des sociétés étrangères reste limitée même si dans certains secteurs, de grands fournisseurs, comme Zalando dans la mode, ont réussi à s'imposer. En outre, les réseaux sociaux jouent un rôle de plus en plus important pour la vente en ligne, les plateformes ajoutant boutons de commande et nouvelles fonctions de paiement, les commerçants utilisant de plus en plus Whatsapp.

Une autre tendance est la distribution directe par les marques connues, les auteurs de l'étude attendant ici une augmentation «massive» de ses parts de marché. L'étude est basée sur les données de 35 fournisseurs de biens de consommation et de services générant un volume de plus de 6 milliards de francs.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
8 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Marie

02.07.2020 à 05:23

Ceux qui veulent éviter ces simagrées ridicules de pseudo protection dans les magasins avec leurs interminables queues qui ne servent strictement à rien vont sur internet, 24/7, moins de risque de grèves (a part en France), pas de vendeuse frustrée pas sympa et un choix presque illimité. Comme beaucoup je me fait livrer en France car JE décide pour mon porte-monnaie tout le reste n’est que garniture. Il faut s’adapter aux consommateurs d’aujourd’hui cest tout et arrêter de pleurnicher. Les centre villes se meurent car ça devient un parcours pour cyclistes, les charges sociales et les loyers sont exorbitants et doivent être payés par le consommateur, ce n’est pas logique tout ça!

BTC

01.07.2020 à 13:13

Il n’y a qu’une seule monnaie d’internet. Elle s’appelle Bitcoin.

Roger

01.07.2020 à 11:48

Un lien vers l'étude aurait été intéressant pour avoir plus de détails