Hockey: Les Suisses ont payé le prix de l'apprentissage
Actualisé

HockeyLes Suisses ont payé le prix de l'apprentissage

Lors du deuxième match de la Coupe Slovakia à Banska Bystica, la jeune équipe de Suisse a payé le prix fort de l'apprentissage. Face à une forte sélection slovaque, l'équipe de l'entraîneur Glen Hanlon a été étrillée 0-5.

Si les Suisses avaient montré leur bon côté la veille contre l'Allemagne (4-1), ils ont vécu une soirée amère contre les Slovaques. Après un nouveau mauvais départ, les Suisses se sont rapidement retrouvés menés 0-2 (après 8 minutes). Et comme ils n'ont rien réussi sur le plan offensif, ils ont terminé pour la première fois un match sous Hanlon sans trouver le chemin des filets.

A la fin après deux autres buts tombés dans les dernières de la partie, la Suisse a encaissé son plus large revers face à la Slovaquie depuis 13 ans. Elle termine à la deuxième place du tournoi devant les Allemands.

Entrée en matière ratée

«A 0-3, tu dois tout essayer et te bouger pour essayer encore de gagner. C'est certainement un vilain résultat mais je pense que nous avons tout essayé jusqu'à la fin», soulignait Christoph Bertschy. Le Fribourgeois du CP Berne est aux côtés de Mike Künzle et Gaëtan Haas, le seul à avoir participé aux trois rassemblements sous Hanlon. Il a vécu sa première défaite après cinq victoires consécutives.

Comme déjà face à l'Allemagne, cette Suisse inexpérimentée avec huit néophytes est très mal entrée dans le match. Mais contrairement à la partie face à la sélection germanique, les Suisses n'ont pas pu retourner cette fois-ci le cours du jeu. Ils n'ont jamais pu digérer ce 0-2 initial.

Les Suisses ont essayé de limiter les dégâts. Ils y sont parvenus dans un premier temps avant de craquer dans la phase finale. «Il y avait beaucoup de jeunes, plusieurs disputaient leurs premiers matches. Et le système est nouveau, ce n'est sûrement pas simple. Contre une Slovaquie, qui était vraiment très forte aujourd'hui, il est difficile de les mettre sous pression», tentait d'expliquer Bertschy.

Le gardien Tim Wolf a vécu une première sélection internationale pas très heureuse. Certes, le portier des Rapperswil-Jona Lakers a repoussé trente tirs mais il a laissé rebondir le tir du 0-1 et a encaissé entre les jambières le dernier but. «J'ai sans doute montré quelques belles parades mais il est difficile de juger ma performance après avoir encaissé cinq buts», commentait Wolf.

Timides devant

Mais Wolf ne fut pas le seul à laisser entrevoir une mauvaise impression par moments. Toute la défense a paru désorientée sur plusieurs buts. Sur le plan offensif, les Suisses, qui étaient privés de Mauro Jörg, malade, n'ont pas été très bons face à des Slovaques très compacts et engagés. La meilleure chance a échu au capitaine Tristan Scherwey, qui s'est brisé sur le portier slovaque Julius Hudacek alors que la Suisse évoluait en infériorité numérique.

«C'était un match dur pour nous», relevait Hanlon. Mais il n'en voulait pas à sa jeune formation. «C'est une équipe pour l'avenir que nous avons vue ici. A ce niveau, tu n'as pas de temps. Tu dois décider rapidement ce que tu veux faire avec le puck. J'espère que les jeunes auront au-moins appris ça.»

Le prochain rendez-vous de la sélection helvétique aura lieu début avril pour la préparation en vue du Championnat du monde avec huit matches au programme. Les 1er et 3 avril, ils accueilleront la Finlande à Kloten et à Bâle. Le Mondial à Prague débutera le samedi 2 mai avec un match contre l'Autriche, néo-promue. (ats)

Ton opinion