Mondiaux de Val-d'Isère: Les Suisses poursuivent leur offensive

Actualisé

Mondiaux de Val-d'IsèreLes Suisses poursuivent leur offensive

Le Canadien John Kucera a remporté la descente des Mondiaux de Val d'Isère. Didier Cuche et Carlo Janka se sont parés respectivement d'argent et de bronze.

Dans une course perturbée par le brouillard et durant laquelle la visibilité aura été très inégale selon les coureurs, John Kucera a tiré un profit maximal de son dossard numéro 2. On ne peut pas en dire autant de Carlo Janka, lequel a dû sortir le grand jeu pour pouvoir escalader l'estrade: «Il a eu du brouillard en-haut et peu de soleil en-bas», commentait l'entraîneur du groupe de vitesse, Patrice Morisod.

Didier Cuche a eu plus de chance que son jeune compatriote. Battu pour quatre centièmes par le Canadien, le Neuchâtelois n'affichait pourtant aucun regret: «J'ai plus gagné l'argent que perdu l'or», lâchait-il. Il estimait avoir eu, pour une fois, la chance de son côté: «Ma course a commencé hier soir, lorsque j'ai tiré le dossard 16. Si j'avais dû partir en 17, 18, 19, 20 ou 21, ça aurait été fichu. On pratique un sport d'extérieur et on doit accepter cela. J'ai souvent dû le faire à mes dépens. Je vais donc me réjouir de cette médaille».

Favori désigné après son formidable doublé Wengen-Kitzbühel en Coupe du monde, Didier Défago n'est pas allé au bout de son rêve. Le Valaisan a commis une faute de carre et a terminé dans le filet à la mi-course. Pour le moins rageant, car le Morginois était alors au bénéfice d'un chrono très intéressant. Quatrième Suisse engagé sur la Bellevarde ce samedi, Ambrosi Hoffmann n'a pour sa part jamais trouvé la bonne carburation.

Marc Fragnière, Val d'Isère

Val d'Isère (Fr). Championnats du monde. Descente messieurs: John Kucera (Can) 2'07''01. 2. Didier Cuche (S) à 0''04. 3. Carlo Janka (S) à 0''17. 4. Marco Büchel (Lie) à 0''52. 5. Adrien Théaux (Fr) à 0''94. 6. Hermann Maier (Aut) à 1''18. Puis: 17. Ambrosi Hoffmann (S) à 3''11. Eliminés notamment: Didier Défago (S). David Poisson (Fr). Christoph Gruber (Aut). Manuel Osborne-Paradis (Can). Jan Hudec (Can). Erik Guay (Can).

Réactions : John Kucera, Canada, champion du monde: «C’est comme dans un rêve. J’ai fait des erreurs sur cette piste, comme tout le monde. Je ne crois pas que quelqu’un ait produit une course parfaite. L’attente a été longue. Mais c’est aussi très excitant de regarder les autres descendre et de ressentir qu’on a réalisé quelque chose de grand.» Didier Cuche, Suisse, 2e: «Aujourd’hui, je suis un peu déçu pour Didier Défago. Il était vraiment bien jusqu’à ce qu’il commette cette bête faute de carre. Pour moi le bronze ou l’argent n’aurait pas changé grand-chose. Par contre, pour Carlo Janka ça n’aurait pas tout-à-fait été la même chose. Avant de venir ici, j’avais dit à Didier Défago que si j’avais pu gagner Wengen et Kitzbühel la même semaine mais repartir bredouille de Val d’Isère, j’aurais signé tout de suite». Carlo Janka , Suisse, 3e: «C’est un peu difficile de se réjouir. Je pense encore beaucoup à ce qui est arrivé à Daniel Albrecht. Ma course n’a pas été parfaite. J’ai été déporté sur une ou deux portes. Je me suis donné à fond et au final, je décroche le bronze. Je suis content.» Bruno Kernen, champion du monde de descente en 1997: «Deux Suisses sur le podium, c’est incroyable ! Mais honnêtement, 12 ans après mon titre, j’étais sûr qu’un autre Suisse deviendrait champion du monde aujourd’hui. Il n’a manqué que 4 centièmes. La course a été perturbée par les conditions météorologiques. Bode Miller a notamment vraiment manqué de chance, il n’a rien vu dans la partie médiane».

Réactions : John Kucera, Canada, champion du monde: «C’est comme dans un rêve. J’ai fait des erreurs sur cette piste, comme tout le monde. Je ne crois pas que quelqu’un ait produit une course parfaite. L’attente a été longue. Mais c’est aussi très excitant de regarder les autres descendre et de ressentir qu’on a réalisé quelque chose de grand.» Didier Cuche, Suisse, 2e: «Aujourd’hui, je suis un peu déçu pour Didier Défago. Il était vraiment bien jusqu’à ce qu’il commette cette bête faute de carre. Pour moi le bronze ou l’argent n’aurait pas changé grand-chose. Par contre, pour Carlo Janka ça n’aurait pas tout-à-fait été la même chose. Avant de venir ici, j’avais dit à Didier Défago que si j’avais pu gagner Wengen et Kitzbühel la même semaine mais repartir bredouille de Val d’Isère, j’aurais signé tout de suite». Carlo Janka , Suisse, 3e: «C’est un peu difficile de se réjouir. Je pense encore beaucoup à ce qui est arrivé à Daniel Albrecht. Ma course n’a pas été parfaite. J’ai été déporté sur une ou deux portes. Je me suis donné à fond et au final, je décroche le bronze. Je suis content.» Bruno Kernen, champion du monde de descente en 1997: «Deux Suisses sur le podium, c’est incroyable ! Mais honnêtement, 12 ans après mon titre, j’étais sûr qu’un autre Suisse deviendrait champion du monde aujourd’hui. Il n’a manqué que 4 centièmes. La course a été perturbée par les conditions météorologiques. Bode Miller a notamment vraiment manqué de chance, il n’a rien vu dans la partie médiane».

Réactions : John Kucera, Canada, champion du monde: «C’est comme dans un rêve. J’ai fait des erreurs sur cette piste, comme tout le monde. Je ne crois pas que quelqu’un ait produit une course parfaite. L’attente a été longue. Mais c’est aussi très excitant de regarder les autres descendre et de ressentir qu’on a réalisé quelque chose de grand.» Didier Cuche, Suisse, 2e: «Aujourd’hui, je suis un peu déçu pour Didier Défago. Il était vraiment bien jusqu’à ce qu’il commette cette bête faute de carre. Pour moi le bronze ou l’argent n’aurait pas changé grand-chose. Par contre, pour Carlo Janka ça n’aurait pas tout-à-fait été la même chose. Avant de venir ici, j’avais dit à Didier Défago que si j’avais pu gagner Wengen et Kitzbühel la même semaine mais repartir bredouille de Val d’Isère, j’aurais signé tout de suite». Carlo Janka , Suisse, 3e: «C’est un peu difficile de se réjouir. Je pense encore beaucoup à ce qui est arrivé à Daniel Albrecht. Ma course n’a pas été parfaite. J’ai été déporté sur une ou deux portes. Je me suis donné à fond et au final, je décroche le bronze. Je suis content.» Bruno Kernen, champion du monde de descente en 1997: «Deux Suisses sur le podium, c’est incroyable ! Mais honnêtement, 12 ans après mon titre, j’étais sûr qu’un autre Suisse deviendrait champion du monde aujourd’hui. Il n’a manqué que 4 centièmes. La course a été perturbée par les conditions météorologiques. Bode Miller a notamment vraiment manqué de chance, il n’a rien vu dans la partie médiane».

Réactions : John Kucera, Canada, champion du monde: «C’est comme dans un rêve. J’ai fait des erreurs sur cette piste, comme tout le monde. Je ne crois pas que quelqu’un ait produit une course parfaite. L’attente a été longue. Mais c’est aussi très excitant de regarder les autres descendre et de ressentir qu’on a réalisé quelque chose de grand.» Didier Cuche, Suisse, 2e: «Aujourd’hui, je suis un peu déçu pour Didier Défago. Il était vraiment bien jusqu’à ce qu’il commette cette bête faute de carre. Pour moi le bronze ou l’argent n’aurait pas changé grand-chose. Par contre, pour Carlo Janka ça n’aurait pas tout-à-fait été la même chose. Avant de venir ici, j’avais dit à Didier Défago que si j’avais pu gagner Wengen et Kitzbühel la même semaine mais repartir bredouille de Val d’Isère, j’aurais signé tout de suite». Carlo Janka , Suisse, 3e: «C’est un peu difficile de se réjouir. Je pense encore beaucoup à ce qui est arrivé à Daniel Albrecht. Ma course n’a pas été parfaite. J’ai été déporté sur une ou deux portes. Je me suis donné à fond et au final, je décroche le bronze. Je suis content.» Bruno Kernen, champion du monde de descente en 1997: «Deux Suisses sur le podium, c’est incroyable ! Mais honnêtement, 12 ans après mon titre, j’étais sûr qu’un autre Suisse deviendrait champion du monde aujourd’hui. Il n’a manqué que 4 centièmes. La course a été perturbée par les conditions météorologiques. Bode Miller a notamment vraiment manqué de chance, il n’a rien vu dans la partie médiane».

Réactions : John Kucera, Canada, champion du monde: «C’est comme dans un rêve. J’ai fait des erreurs sur cette piste, comme tout le monde. Je ne crois pas que quelqu’un ait produit une course parfaite. L’attente a été longue. Mais c’est aussi très excitant de regarder les autres descendre et de ressentir qu’on a réalisé quelque chose de grand.» Didier Cuche, Suisse, 2e: «Aujourd’hui, je suis un peu déçu pour Didier Défago. Il était vraiment bien jusqu’à ce qu’il commette cette bête faute de carre. Pour moi le bronze ou l’argent n’aurait pas changé grand-chose. Par contre, pour Carlo Janka ça n’aurait pas tout-à-fait été la même chose. Avant de venir ici, j’avais dit à Didier Défago que si j’avais pu gagner Wengen et Kitzbühel la même semaine mais repartir bredouille de Val d’Isère, j’aurais signé tout de suite». Carlo Janka , Suisse, 3e: «C’est un peu difficile de se réjouir. Je pense encore beaucoup à ce qui est arrivé à Daniel Albrecht. Ma course n’a pas été parfaite. J’ai été déporté sur une ou deux portes. Je me suis donné à fond et au final, je décroche le bronze. Je suis content.» Bruno Kernen, champion du monde de descente en 1997: «Deux Suisses sur le podium, c’est incroyable ! Mais honnêtement, 12 ans après mon titre, j’étais sûr qu’un autre Suisse deviendrait champion du monde aujourd’hui. Il n’a manqué que 4 centièmes. La course a été perturbée par les conditions météorologiques. Bode Miller a notamment vraiment manqué de chance, il n’a rien vu dans la partie médiane».

Réactions : John Kucera, Canada, champion du monde: «C’est comme dans un rêve. J’ai fait des erreurs sur cette piste, comme tout le monde. Je ne crois pas que quelqu’un ait produit une course parfaite. L’attente a été longue. Mais c’est aussi très excitant de regarder les autres descendre et de ressentir qu’on a réalisé quelque chose de grand.» Didier Cuche, Suisse, 2e: «Aujourd’hui, je suis un peu déçu pour Didier Défago. Il était vraiment bien jusqu’à ce qu’il commette cette bête faute de carre. Pour moi le bronze ou l’argent n’aurait pas changé grand-chose. Par contre, pour Carlo Janka ça n’aurait pas tout-à-fait été la même chose. Avant de venir ici, j’avais dit à Didier Défago que si j’avais pu gagner Wengen et Kitzbühel la même semaine mais repartir bredouille de Val d’Isère, j’aurais signé tout de suite». Carlo Janka , Suisse, 3e: «C’est un peu difficile de se réjouir. Je pense encore beaucoup à ce qui est arrivé à Daniel Albrecht. Ma course n’a pas été parfaite. J’ai été déporté sur une ou deux portes. Je me suis donné à fond et au final, je décroche le bronze. Je suis content.» Bruno Kernen, champion du monde de descente en 1997: «Deux Suisses sur le podium, c’est incroyable ! Mais honnêtement, 12 ans après mon titre, j’étais sûr qu’un autre Suisse deviendrait champion du monde aujourd’hui. Il n’a manqué que 4 centièmes. La course a été perturbée par les conditions météorologiques. Bode Miller a notamment vraiment manqué de chance, il n’a rien vu dans la partie médiane».

Réactions : John Kucera, Canada, champion du monde: «C’est comme dans un rêve. J’ai fait des erreurs sur cette piste, comme tout le monde. Je ne crois pas que quelqu’un ait produit une course parfaite. L’attente a été longue. Mais c’est aussi très excitant de regarder les autres descendre et de ressentir qu’on a réalisé quelque chose de grand.» Didier Cuche, Suisse, 2e: «Aujourd’hui, je suis un peu déçu pour Didier Défago. Il était vraiment bien jusqu’à ce qu’il commette cette bête faute de carre. Pour moi le bronze ou l’argent n’aurait pas changé grand-chose. Par contre, pour Carlo Janka ça n’aurait pas tout-à-fait été la même chose. Avant de venir ici, j’avais dit à Didier Défago que si j’avais pu gagner Wengen et Kitzbühel la même semaine mais repartir bredouille de Val d’Isère, j’aurais signé tout de suite». Carlo Janka , Suisse, 3e: «C’est un peu difficile de se réjouir. Je pense encore beaucoup à ce qui est arrivé à Daniel Albrecht. Ma course n’a pas été parfaite. J’ai été déporté sur une ou deux portes. Je me suis donné à fond et au final, je décroche le bronze. Je suis content.» Bruno Kernen, champion du monde de descente en 1997: «Deux Suisses sur le podium, c’est incroyable ! Mais honnêtement, 12 ans après mon titre, j’étais sûr qu’un autre Suisse deviendrait champion du monde aujourd’hui. Il n’a manqué que 4 centièmes. La course a été perturbée par les conditions météorologiques. Bode Miller a notamment vraiment manqué de chance, il n’a rien vu dans la partie médiane».

Réactions : John Kucera, Canada, champion du monde: «C’est comme dans un rêve. J’ai fait des erreurs sur cette piste, comme tout le monde. Je ne crois pas que quelqu’un ait produit une course parfaite. L’attente a été longue. Mais c’est aussi très excitant de regarder les autres descendre et de ressentir qu’on a réalisé quelque chose de grand.» Didier Cuche, Suisse, 2e: «Aujourd’hui, je suis un peu déçu pour Didier Défago. Il était vraiment bien jusqu’à ce qu’il commette cette bête faute de carre. Pour moi le bronze ou l’argent n’aurait pas changé grand-chose. Par contre, pour Carlo Janka ça n’aurait pas tout-à-fait été la même chose. Avant de venir ici, j’avais dit à Didier Défago que si j’avais pu gagner Wengen et Kitzbühel la même semaine mais repartir bredouille de Val d’Isère, j’aurais signé tout de suite». Carlo Janka , Suisse, 3e: «C’est un peu difficile de se réjouir. Je pense encore beaucoup à ce qui est arrivé à Daniel Albrecht. Ma course n’a pas été parfaite. J’ai été déporté sur une ou deux portes. Je me suis donné à fond et au final, je décroche le bronze. Je suis content.» Bruno Kernen, champion du monde de descente en 1997: «Deux Suisses sur le podium, c’est incroyable ! Mais honnêtement, 12 ans après mon titre, j’étais sûr qu’un autre Suisse deviendrait champion du monde aujourd’hui. Il n’a manqué que 4 centièmes. La course a été perturbée par les conditions météorologiques. Bode Miller a notamment vraiment manqué de chance, il n’a rien vu dans la partie médiane».

Réactions : John Kucera, Canada, champion du monde: «C’est comme dans un rêve. J’ai fait des erreurs sur cette piste, comme tout le monde. Je ne crois pas que quelqu’un ait produit une course parfaite. L’attente a été longue. Mais c’est aussi très excitant de regarder les autres descendre et de ressentir qu’on a réalisé quelque chose de grand.» Didier Cuche, Suisse, 2e: «Aujourd’hui, je suis un peu déçu pour Didier Défago. Il était vraiment bien jusqu’à ce qu’il commette cette bête faute de carre. Pour moi le bronze ou l’argent n’aurait pas changé grand-chose. Par contre, pour Carlo Janka ça n’aurait pas tout-à-fait été la même chose. Avant de venir ici, j’avais dit à Didier Défago que si j’avais pu gagner Wengen et Kitzbühel la même semaine mais repartir bredouille de Val d’Isère, j’aurais signé tout de suite». Carlo Janka , Suisse, 3e: «C’est un peu difficile de se réjouir. Je pense encore beaucoup à ce qui est arrivé à Daniel Albrecht. Ma course n’a pas été parfaite. J’ai été déporté sur une ou deux portes. Je me suis donné à fond et au final, je décroche le bronze. Je suis content.» Bruno Kernen, champion du monde de descente en 1997: «Deux Suisses sur le podium, c’est incroyable ! Mais honnêtement, 12 ans après mon titre, j’étais sûr qu’un autre Suisse deviendrait champion du monde aujourd’hui. Il n’a manqué que 4 centièmes. La course a été perturbée par les conditions météorologiques. Bode Miller a notamment vraiment manqué de chance, il n’a rien vu dans la partie médiane».

Ton opinion