Actualisé 24.07.2009 à 13:57

Consommation d'alcool

Les Suisses préfèrent le «schnaps» et la bière au vin

Chaque Suisse a bu l'an dernier l'équivalent de 8,7 litres d'alcool pur, soit un décilitre de moins qu'en 2007.

Si le vin et le cidre ont moins la cote, la bière et les alcools forts sont très prisés.

La consommation totale s'est élevée en 2008 à 123 703 hectolitres d'alccol à 100%. La hausse de 2,8% par rapport à l'année précédente a été plus que compensée par l'augmentation de la population.

La consommation annuelle de vin s'est réduite d'une bouteille (0,7 litre) par personne pour arriver à une moyenne de 38,6 litres. Le cidre affiche lui aussi une baisse, a indiqué vendredi la Régie fédérale des alcools.

Bière et alcool fort

Les Suisses privilégient d'autres boissons. La consommation de bière a ainsi augmenté de deux canettes (0,6 litres), à 58 litres. Celle de spiritueux à 40% de volume d'alcool est restée stable à quatre litres. Par rapport à 1999, elle a toutefois augmenté de 4 décilitres.

En cause: les importations, en premier lieu celles du whisky. Cette boisson représente 22% de l'ensemble des alcools provenant de l'étranger: l'équivalent de 18 545 litres d'alcool pur a été importé.

Forte concurrence

La nouvelle taxation - à taux unique - des spiritueux, introduite il y a dix ans, a fait chuter les prix du gin, whisky et autre vodka étrangers. Contrairement aux produits suisses, ceux importés étaient auparavant taxés d'après le poids et non par litre d'alcool pur.

La réforme a induit une forte concurrence pour la production indigène. Les spiritueux suisses ne représentent plus que 15% du marché contre 50% en 1999.

Une nouvelle fronde s'organise toutefois, les producteurs suisses ayant le droit de produire de l'alcool à partir de céréales ou de pommes de terre. Un douzaine d'entre eux ont ainsi tenté de contrer en 2008 la domination du whisky étranger en proposant des produits innovants.

Le profond changement structurel qu'a entraîné la concurrence étrangère n'est pas en outre sans impact sur le paysage. Depuis 1960, plus de huit millions d'arbres à haute tige ont disparu. Sur les 2,3 millions restants, 30% dépendent de la production indigène.

Les cerises, les pruneaux et les poires sont les principales matières premières pour les spiritueux suisses. Jusqu'à 40% de la récole des fruits est destinée à la distillation. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!