Actualisé 14.12.2008 à 22:48

Infractions au code de la routeLes Suisses roulent ivres, les étrangers trop vite

En 2007, plus de la moitié des délits de la route ont été commis par des étrangers.

«Nous ne sommes pas des racistes», se défend l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans la NZZ am Sonntag. Les chiffres, lus sans nuance, sont pourtant accablants: 53% des quelque 11 000 chauffards jugés en 2007 pour une infraction grave du code de la route – le plus souvent pour excès de vitesse – sont des étrangers. Les Suisses ont le pied moins lourd, mais roulent plus souvent alcoolisés.

Dans le détail, ce sont les Italiens qui caracolent en tête des fous du volant (2500 condamnations en 2007), devant les ressortissants de l'ex-Yougoslavie (1800) et les Allemands (1600). Problème: les statistiques ignorent si ces étrangers habitent en Suisse ou sont de passage dans le pays.

Pour pouvoir en tirer des conclusions sérieuses, il faudrait mieux connaître leur profil socio-économique, nuance-t-on à l'OFS. Le Bureau de prévention des accidents (BPA) affirme que ces chauffards sont le plus souvent des hommes jeunes et en échec social. «Il s'agit aussi d'un problème de migration et d'intégration», souligne Stefan Sigrist du BPA.

Ce qui est sûr, c'est que la culture du volant diverge d'un pays à l'autre. Ainsi sur certains tronçons d'autoroutes italiennes, il est permis de rouler jusqu'à 150 km/h. En Allemagne, des portions du réseau n'ont pas de limite de vitesse.

Reste que depuis deux ou trois ans, le nombre de jugements pour infractions graves au code de la route est en diminution. Les milieux de la prévention mettent cette baisse sur le compte de contrôles toujours plus fréquents.

(phf)

A 160 km/h dans un tunnel

MUTTENZ (BS). La police a intercepté dans la nuit de samedi à dimanche deux automobilistes macédoniens qui se livraient à une course sur l’A2 à l’approche de Bâle. Ils roulaient à une vitesse moyenne de 160 km/h dans un tunnel où la limite est fixée à 100 km/h. Les deux conducteurs, âgés de 19 et 21 ans et habitant Bâle, peuvent s’attendre à payer de lourdes amendes. Leurs permis de conduire leur ont été retirés alors qu’ils sont encore dans leur période probatoire.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!