Chiffres de l’OFSP: Les Suisses se font moins tester mais les cas ne baissent pas pour autant

Publié

Chiffres de l’OFSPLes Suisses se font moins tester mais les cas ne baissent pas pour autant

Le pourcentage de tests positifs continue d’augmenter. Les décès et les hospitalisations, eux, sont stables.

Les différences entre les cantons tendent à s’effacer et tous gravitent autour de la moyenne nationale.

Les différences entre les cantons tendent à s’effacer et tous gravitent autour de la moyenne nationale.

OFSP

Les chiffres fournis par l’OFSP ce mardi retrouvent les niveaux d’avant Noël. En 24 heures, ce sont 4020 tests positifs qui lui ont été notifiés. Il y a eu 98 décès de personnes positives au virus, ainsi que 208 hospitalisations. Ces chiffres sont quasiment identiques à ceux du mardi 15 décembre, à titre de comparaison (4271 cas, 103 morts, 187 hospitalisations). Tous, sauf un: celui du nombre de tests. Ainsi, ce 5 janvier, l’OFSP a repertorié 24’906 tests. Le 15 décembre, c’était 41’043 tests. En clair: le taux de positivité a augmenté sensiblement.

Depuis un pic connu le 23 décembre, le nombre de tests a grandement diminué.

Depuis un pic connu le 23 décembre, le nombre de tests a grandement diminué.

OFSP

Ce nombre de cas relativement faible (ou moins élevé, selon les points de vue de chacun), implique une incidence nationale en baisse également. Elle se fixe à 521 cas pour 100’000 habitants pendant les 14 derniers jours, en baisse par rapport à lundi. À noter que, lorsqu’on compare l’incidence dans les cantons, tous ont tendance à se rapprocher. Avant Noël, les cantons romands étaient les moins touchés alors que les alémaniques l’étaient beaucoup plus.

Désormais, les courbes remontent chez les Romands, et baissent en Suisse-allemande et, hormis le Tessin, quasi tous se retrouvent dans la même fourchette autour de la moyenne nationale. Seuls les cantons de Genève, Fribourg et Obwald sont sous la moyenne nationale de façon plus importante.

(ywe)

Ton opinion