Sotchi 2014: Les Suissesses à un match du bonheur
Actualisé

Sotchi 2014Les Suissesses à un match du bonheur

L'équipe de Suisse dames va peut-être remporter une sensationnelle médaille de bronze jeudi.

La Suisse a perdu (3-1) en demi-finale contre le Canada.

La Suisse a perdu (3-1) en demi-finale contre le Canada.

Les Suissesses devront pour cela prendre la mesure de la Suède au cours de la finale pour la 3e place, jeudi à 13h00. Elles auront les honneurs du magistral Bolchoï.

Les filles de l'entraîneur René Kammerer n'ont rien à faire avec les commentaires déplacés à leur sujet. Jouer une médaille de bronze avec une seule victoire au compteur, cela peut sembler «bon marché». «Je pense que nous avons mérité d'être là grâce à notre troisième place lors du Championnat du monde 2012. C'est là que les groupes pour les Jeux olympiques ont été désignés», relèvent en coeur Sarah Forster et Florence Schelling.

Un seul succès face à la Russie (2-0) en quarts de finale permet aux Suissesses de jouer une finale pour une médaille. A elles d'en profiter dans l'ombre des deux géants que sont le Canada et les Etats-Unis.

Progrès évidents

«Je crois que nous pouvons dire que nous avons beaucoup progressé durant le tournoi. Nous n'avions pu nous réunir que trois jours avant de partir pour Sotchi, précise l'entraîneur René Kammerer. D'autres le sont une semaine ou un mois avant.» C'est vrai que les Suissesses se sont améliorées de match en match pour finir par s'incliner 3-1 face au Canada non sans avoir tenté crânement leur chance face à des tenantes du titre peu habituées à être bousculées par un «petit».

Alors que se profilent les Suédoises, assez athlétiques, mais sans grand génie, la sélection helvétique pourra compter sur ses fers de lance pour tenter d'arracher la première médaille olympique de son histoire après trois participations aux Jeux. La star de l'équipe, c'est bien sûr sa gardienne Florence Schelling (24 ans). Elle joue avec les hommes à Bülach (1re ligue masculine) et a passé cinq ans aux Etats-Unis et au Canada. Une grande sûreté sur sa ligne, un calme... olympien et une modestie jamais prise en défaut. «Sans les autres devant moi, je ne serai rien.»

Pépinière de jeunes talents

Les autres «vedettes» de l'équipe sont les soeurs jumelles Julia et Stefanie Marty (25 ans). La première est le pilier de la défense, la deuxième l'attaquante la plus solide de la sélection helvétique. Elle a marqué le 1-0 face à la Russie d'un tir splendide.

La star en devenir est sans conteste Phoebe Staenz (20 ans), un bout de femme de 1m63 pleine d'énergie. Elle évolue désormais dans la prestigieuse université de Yale aux Etats-Unis. Elle est capable de prendre en défaut tout une défense grâce à son sens du dribble. Elle gagnerait tout de même à jouer plus collectif parfois.

L'équipe de Suisse regorge aussi d'une pépinière de jeunes talents qui ne demandent qu'à progresser. L'exemple le plus frappant est sans conteste Alina Müller, 15 ans seulement. L'attaquante de Winterthour est appelée à un grand avenir. Mais d'autres jeunes éléments devraient prendre de la bouteille ces prochaines années comme Sarah Forster (20 ans), Livia Altman (19), Lara Stalder (19) ou Romy Eggimann (18). (ats)

Ton opinion