Escrime: Les Suissesses ne font pas d'étincelles
Actualisé

EscrimeLes Suissesses ne font pas d'étincelles

Les Suissesses ont bouclé au 11e rang la compétition à l'épée par équipes des Championnats d'Europe à Montreux.

Têtes de série no 12 (sur 14), les épéistes suisses sont à leur place, l'absence d'une troisième tireuse de très bon niveau derrière Tiffany Géroudet et Pauline Brunner s'avérant rédhibitoire.

Les protégées de Hervé Faget ont été éliminées pour leur entrée en lice en 8es de finale par la France (42-25), au terme d'un match laborieux. Géroudet et Brunner ont maintenu un vague espoir jusqu'au score partiel de 17-19 pour la France, avant qu'Angela Krieger ne connaisse une très mauvaise passe contre la 11e mondiale Marie-Florence Candassamy. Les points ont alors rapidement défilé. Auparavant, Laura Stähli avait également tiré pour la Suisse.

Les matches de classement ont donné lieu à des prestations honorables: victoire aisée 45-23 contre les Pays-Bas, défaite 45-38 devant l'Allemagne pour finir par un succès 45-30 contre la Finlande. Sans pression, Angela Krieger a bien mieux tiré qu'en matinée.

Les Suissesses n'ont aucune chance de se qualifier par équipes pour les JO 2016 à Rio. A titre individuel, Tiffany Géroudet peut nourrir un petit espoir d'y aller, si elle parvient à cueillir un des rares billets attribués à des athlètes non qualifiés via l'épreuve par équipes, au terme d'un processus assez compliqué. Il lui faudra probablement se situer autour de la 10e ou 12e place mondiale à fin mars 2016, ou mieux. Sophie Lamon-Fernandez se souvient cependant qu'en 2004, elle ne s'était pas qualifiée pour les JO d'Athènes alors qu'elle pointait au 7e rang mondial.

«Globalement, je suis déçue des résultats à ces Championnats», a relevé la Sédunoise, éliminée (de justesse) en 8es de finale de l'épreuve individuelle samedi. «Mais je sens que la confiance revient, que je retrouve mon escrime. Il me manque encore juste un petit rien.»

La gauchère valaisanne, mardi, a plutôt bien tiré, hormis son dernier duel où la fatigue s'est fait sentir. Elle reconnaît manquer parfois de bons sparring-partners en Suisse. Mais elle ne cherche aucune excuse et paraît avoir retrouvé le plaisir sous la conduite de Hervé Faget, après la fin douloureuse pour elle de l'ère Angelo Mazzoni, le très exigeant entraîneur italien désormais parti coacher les Russes. (ats)

Ton opinion