Tennis: Les Suissesses sans pression
Publié

TennisLes Suissesses sans pression

Heinz Günthardt n'a pas réservé de surprise à l'heure de la première conférence de presse précédant la demi-finale de FedCup Suisse - République tchèque.

Heinz Günthardt.

Heinz Günthardt.

photo: Keystone

«Nous sommes au complet!», a lâché le capitaine helvétique, alors que l'on pouvait s'attendre à la nomination d'une quatrième joueuse pour remplacer Belinda Bencic (blessée).

«Je peux compter sur trois joueuses susceptibles d'être alignées en simple comme en double», a poursuivi le Zurichois en faisant référence à Timea Bacsinszky (WTA 17), Viktorija Golubic (WTA 129) et Martina Hingis (WTA 1 en double). «Bien sûr que l'absence de Belinda est une grande perte. Mais mes trois joueuses ont de l'expérience et du potentiel.»

«Cela n'aurait pas renforcé l'équipe»

Heinz Günthardt a-t-il tout de même contacté d'autres joueuses pour compléter son groupe? «J'ai appelé Stefanie Vögele, qui m'a dit qu'elle était blessée. J'ai aussi téléphoné à Romina Oprandi (réd: qui s'est inclinée au 1er tour à Bogota lundi!), qui m'a expliqué qu'elle ne se sentait pas suffisamment en forme», a-t-il précisé.

«On aurait pu appeler d'autres joueuses. Mais cela n'aurait pas renforcé l'équipe», a souligné Heinz Günthardt. «L'équipe a l'habitude de fonctionner comme cela. C'était déjà le cas en Pologne, où la pression était peut-être plus forte qu'ici», et où les Suissesses avaient obtenu en avril 2015 leur promotion dans le groupe mondial.

«Si les circonstances l'exigent»

«En Pologne, nous avions l'obligation de nous imposer. Cette demi-finale, c'est en revanche du bonus», a lâché l'ancien coach de Steffi Graf. «Les Tchèques sont tellement favorites de cette rencontre qu'elles vont bien finir par ressentir la pression», a-t-il encore assuré.

Heinz Günthardt affirme par ailleurs qu'il n'est pas exclu que Martina Hingis soit alignée en simple. «Honnêtement, tout est possible. Tout dépendra du déroulement des premiers matches», a-t-il précisé.

Martina Hingis se montre cependant plus sceptique: «Je ne jouerai en simple que si les circonstances l'exigent», a expliqué la St-Galloise, qui reste sur une expérience malheureuse en Pologne où elle avait perdu tellement d'énergie dans ses deux simples qu'elle n'avait pas été en mesure de jouer le double.

Pliskova craint Hingis

Si la délégation tchèque peut parfaitement imaginer que Martina Hingis soit présente sur le court dès vendredi (Karolina Pliskova craint d'ailleurs tout particulièrement l'intelligence de jeu de la St-Galloise), il y a tout de même fort à parier que Viktorija Golubic effectuera, à 23 ans, ses grands débuts en simple en FedCup. «Je suis prête», a tonné la Zurichoise, qui avait apporté le point de la promotion l'an dernier en Pologne en compagnie de Timea Bacsinszky.

«Je fais partie de l'équipe depuis 2014, et j'ai toujours dû faire en sorte d'être prête à jouer. Cela ne change donc pas grand-chose dans ma manière de préparer cette rencontre», a-t-elle souligné. «Je sens que l'excitation monte, mais de manière positive. Je me réjouis vraiment de vivre cela», a poursuivi Viktorija Golubic.

«La pression sera pour les Tchèques»

Leader de l'équipe de Suisse, Timea Bacsinszky se veut aussi résolument positive. «Nous avons trois joueuses compétitives. La configuration était plus ou moins la même en Pologne, où nous avions plutôt bien réussi notre coup», a rappelé la Vaudoise.

Ressent-elle plus de pression sur ses épaules en raison de l'absence de Belinda Bencic ? «Au contraire. Notre équipe a moins de pression en son absence. La pression sera pour les Tchèques. Je suis la joueuse la mieux classée en simple, mais de peu. Les Tchèques alignent une deuxième garniture (réd: leurs deux meilleures joueuses, Petra Kvitova et Lucie Safarova, sont absentes), mais leur équipe reste plus compétitive que la nôtre sur le papier», a-t-elle conclu. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion