Actualisé 14.08.2017 à 06:42

AthlétismeLes superstars ont été chahutées à Londres

Aucune des vedettes annoncées, de Wayde van Niekerk à Mo Farah en passant bien sûr par Usain Bolt ou Shanae Miller-Uibo, n'a pu réaliser le doublé espéré.

1 / 109
Le triomphe de Trinité-et-Tobago au 4 x 400 m récompense quatre athlètes de l'ombre: Jarrin Solomon, Jereem Richards, Machel Cedenio et Lalonde Gordon. (13 août 2017)

Le triomphe de Trinité-et-Tobago au 4 x 400 m récompense quatre athlètes de l'ombre: Jarrin Solomon, Jereem Richards, Machel Cedenio et Lalonde Gordon. (13 août 2017)

AFP
Les relayeurs trinidadiens Jarrin Solomon, Jereem Richards, Machel Cedenio et Lalonde Gordon ont décroché le titre mondial sur 4x400 m, en 2 min 58 sec 12, battant les sextuples champions du monde américains, 2es en 2:58.61. Sur la photo: Lalonde Gordon et Jeremy Richards. (13 août 2017)

Les relayeurs trinidadiens Jarrin Solomon, Jereem Richards, Machel Cedenio et Lalonde Gordon ont décroché le titre mondial sur 4x400 m, en 2 min 58 sec 12, battant les sextuples champions du monde américains, 2es en 2:58.61. Sur la photo: Lalonde Gordon et Jeremy Richards. (13 août 2017)

Keystone
Allyson Felix, une fois encore, aura collectionné les médailles aux Championnats du monde. Troisième du 400 m mercredi à Londres, elle a conquis ce week-end deux titres avec les relais des Etats-Unis, sur 4 x 100 m et 4 x 400 m. Cela porte son total à 16 podiums aux Mondiaux depuis 2005, un record. (13 août 2017)

Allyson Felix, une fois encore, aura collectionné les médailles aux Championnats du monde. Troisième du 400 m mercredi à Londres, elle a conquis ce week-end deux titres avec les relais des Etats-Unis, sur 4 x 100 m et 4 x 400 m. Cela porte son total à 16 podiums aux Mondiaux depuis 2005, un record. (13 août 2017)

Keystone

Les superstars ont été chahutées, et parfois même sont tombées, lors des Mondiaux de Londres qui auront révélé une large répartition des forces entre les pays et même les continents.

L'absence d'une bonne partie des Russes - à l'exception notable de Mariya Lasitskene en or à la hauteur et de Sergey Shubenkov et Mariya Kuchina en argent sur 110 m haies et à la longueur, sous pavillon neutre - a contribué à la redistribution des cartes. Plus de 40 pays ont connu les joies du podium. La Jamaïque fait partie des grandes perdantes. Aux Mondiaux 2013 à Moscou, les athlètes en jaunes et vert avaient collectionné sept titres, puis six deux ans plus tard à Pékin.

Cette année, ils quittent les Mondiaux avec le seul titre d'Omar McLeod en poche, sur 110 m haies. Le même McLeod a même été sollicité pour courir le relais 4 x 100 m, signe que la Jamaïque est entrée dans une phase de transition et connaît une certaine carence dans le sprint pur. Bolt s'en va, Asafa Powell est un «vieux lion» pas qualifié, et les nouveaux peinent à s'affirmer. Un Yohan Blake est rentré dans l'anonymat. Chez les femmes, la double championne olympique Elaine Thompson n'a couru que le 100 m, sans faire de podium.

Les Américains en ont profité pour reprendre une domination écrasante, en remportant trois fois plus de titres que leurs principaux rivaux. Cette hégémonie s'étend même jusqu'à des disciplines comme le 3000 m steple, où les Américaines, derrière Emma Coburn, ont réalisé le doublé. Le Kenya et l'Ethiopie restent les nations dominantes sur les longues distances mais ne sont pas à l'abri de devoir partager, comme l'a montré la victoire du Français Pierre-Ambroise Bosse sur 800 m.

Il est permis de penser que le renforcement de la lutte antidopage a contribué à une répartition des forces plus équitables, pour ne pas dire à un certain émiettement. Et les «extra-terrestres», ou superathlètes, se font rares. Wayde van Niekerk a certes gagné le 400 m, mais il s'est fait brûler la politesse par le Turc Ramil Guliyev sur 200 m. Mo Farah a été battu (sur 5000 m) pour la première fois depuis 2011 dans une course majeure, même s'il a remporté le 10'000 m.

Usain Bolt lui-même a paru disputer le combat de trop, même si sa défaite sur 100 m, et sa blessure en relais, ne doivent en rien entacher son incomparable carrière. L'Ethiopienne Genzebe Dibaba n'a pas eu l'ombre d'une chance pour un doublé 1500-5000 m (échec sur toute la ligne), pas plus que la Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo (bronze sur 200 m, 5e sur 400 m).

Le public - venu en nombre record, 56'000 spectateurs pour la grande majorité des sessions - a assisté à de très belles épreuves, mais sans record du monde, hormis sur le 50 km marche, une toute nouvelle épreuve. Et les meilleures performances mondiales de l'année sont restées plutôt rares. Tous les continents voire sous-continents (Amérique du Sud) ont goûté au podium. Le jeu paraît désormais plus ouvert. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!