Suisse: Un dimanche de foot marqué par le vandalisme et la violence

Publié

SuisseUn dimanche de foot marqué par le vandalisme et la violence

Wagons démontés dans un train spécial entre Lugano et Berne, tags sur un bus lausannois, les hooligans se sont acharnés dimanche à la suite de matchs de foot. Des plaintes seront déposées. 

1 / 7
Le train spécial des CFF qui ramenait dimanche les supporters du BSC Young Boys du Tessin à Berne, a été la cible de dépradations. 

Le train spécial des CFF qui ramenait dimanche les supporters du BSC Young Boys du Tessin à Berne, a été la cible de dépradations. 

20minuti/tio.ch/lecteur-reporter
20minuti/tio.ch/lecteur-reporter
20minuti/tio.ch/lecteur-reporter

Le dimanche a été mouvementé à cause des hooligans. À commencer par les supporters de Young Boys, qui, frustrés de la défaite de leur équipe face à Lugano, ont passé leur colère sur le train spécial des CFF qui les ramenait du Tessin à Berne. Les wagons ont subi de gros dégâts: vitres brisées, joints arrachés, murs recouverts de tags, coussins arrosés de bière... Une enquête a été ouverte, elle a été confiée à police bernoise.

Plus de 200'000 francs de frais

«La problématique des incivilités et des dépradations de la part de supporters nous préoccupe depuis plusieurs années. Les CFF ont, de par la loi, l'obligation de transporter tout le monde», réagit leur porte-parole, Jean-Philippe Schmidt. Si, dans ces cas-là, les chemins de fer fédéraux portent plainte, c’est bien souvent contre X, puisqu’il est difficile d'identifier les responsables. 

Les frais de vandalisme, qui se chiffrent entre 200'000 et 300'000 francs par an, sont des «coûts couverts par les entrées des CFF», soit indirectement financés par les clients. Le communicant ajoute que les CFF sont «depuis plusieurs années en discussion avec les clubs, la Ligue et les autorités, dans le but de trouver des solutions à cette problématique, et nous allons intensifier encore nos discussions ces prochaines semaines.»

Et les débordements ne s’arrêtent pas là. À l’occasion du match de Super League entre le FC Lucerne et le Servette FC, avant même le début du match, des supporters genevois ont lancé des pétards sur les forces de l’ordre dans la ville de Lucerne. La police a arrêté provisoirement un jeune homme de 21 ans pour «entrave à un acte officiel». Quatre autres personnes ont en outre été contrôlées pour avoir enfreint la loi sur le port de masque, annonce la police lundi.

Par ailleurs, divers dégâts matériels ont été commis par des supporters des deux camps. Ainsi, une voiture a été endommagée par du matériel pyrotechnique en flamme. Des tags ont également été sprayés par endroits.

Jets de cailloux contre la police

À Lausanne, également, les supporters adverses se sont manifestés en marge du match de Super League entre le FC Lausanne et le FC Bâle dimanche. À la sortie du Stade de la Tullière, lors du cortège qui rassemblait près 500 supporters bâlois, des cailloux ont été jetés sur deux voitures de police, de quoi endommager la carrosserie et les vitres des véhicules.

Les forces de l'ordre n'ont procédé à aucune interpellation à la suite de ces faits, car là encore, il est souvent difficile de savoir qui sont les vrais responsables, indique Jean-Philippe Pittet, responsable communication et prévention à la police lausannoise. Mais personne n'a été blessé. 

Des supporters bâlois ont aussi commis des dégâts sur des bus des TL. À la suite de cette journée, «des plaintes seront déposées à la fois par la police de Lausanne et par les Transports publics lausannois», précise le communicant.  

Blessé par une fusée

À Lausanne toujours, vendredi dernier, à la fin du match qui opposait le FC Stade Lausanne Ouchy et Neuchâtel Xamax FCS, un supporter neuchâtelois a été blessé par une fusée, qui provenait de son camp. La police l’a conduit à l’hôpital. Lundi, cette dernière ne communique pas davantage sur son état de santé, a priori pas si grave. 

(cht/lvb)

Ton opinion

22 commentaires