Massacre à «Charlie Hebdo»: Les suspects figuraient sur une liste noire américaine
Actualisé

Massacre à «Charlie Hebdo»Les suspects figuraient sur une liste noire américaine

Les auteurs présumés de l'attentat contre «Charlie Hebdo» étaient «depuis des années» sur une liste de surveillance des autorités américaines. La traque pour retrouver les deux frères continue.

1 / 293
05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

AFP/Eric Feferberg
...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

AFP/Eric Feferberg
27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

Les frères Chérif et Saïd Kouachi, 32 et 34 ans, suspectés d'être responsables de la mort de douze personnes dans les locaux du magazine satirique français, figuraient sur «notre liste de surveillance depuis des années», a dit responsable américain des forces de l'ordre sous couvert de l'anonymat.

Les deux hommes, toujours en fuite et traqués par les forces de l'ordre françaises dans le nord de la France, figurent dans les bases de données américaines des personnes suspectées de terrorisme, y compris sur la fameuse «No Fly List». Celle-ci interdit à ceux qui y figurent de prendre des vols au départ ou pour les Etats-Unis.

Entraînement au Yémen

L'aîné Saïd a passé «quelques mois» à s'entraîner aux armes de combat auprès d'un membre d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) au Yémen en 2011, avant de rentrer en France, a en outre précisé au «New York Times» un autre haut responsable américain.

Un responsable yéménite a déclaré que les autorités de Sanaa étaient informées d'un lien possible entre Saïd Kouachi et Aqpa et qu'elles étudiaient le dossier. Lorsque Saïd Kouachi est revenu en France après son séjour au Yémen, lui et son frère se sont gardés de toute activité risquant d'attirer sur eux l'attention des services de sécurité, dit-on de mêmes sources.

Chasse à l'homme

Malgré la nuit, et avec l'aide de cinq hélicoptères, la chasse à l'homme se poursuivait dans la nuit de jeudi à vendredi dans le nord de la France, où ont été localisés les deux auteurs présumés de l'attentat commis en plein Paris mercredi en fin de matinée.

Les frères recherchés avaient déjà été repérés jeudi matin dans une station-service située en rase campagne proche de Villers-Cotterêts, à environ 80 kilomètres au nord-est de Paris. Ils en avaient braqué le gérant, qui les a formellement reconnus, dans le but de se ravitailler en nourriture, selon une source proche du dossier.

L'attentat a été salué par le groupe Etat islamique (EI), dont la radio a qualifié de «héros» les auteurs du massacre. (ats)

Ton opinion