Genève: Les syndicalistes devront prouver leur bonne foi
Actualisé

GenèveLes syndicalistes devront prouver leur bonne foi

Le tribunal a estimé que trois tracts distribués notamment par David Andenmatten étaient attentatoires à l'honneur. L'affaire sera jugée au fond.

par
jef

Les deux militants du SSP (dont David Andenmatten, membre du conseil d'administration de l'hôpital et ancien co-président du syndicat) qui avaient écrit et distribué des tracts violents visant des cadres des HUG en 2014 sont au milieu du gué. Le tribunal a jugé jeudi que traiter l'un de bourreau et imputer à l'autre de très graves erreurs médicales était attentatoire à l'honneur. Pour éviter la condamnation pour diffamation, les syndicalistes devront dorénavant prouver la véracité de leurs propos ou à tout le moins leur bonne foi quand ils les ont tenus.

Leur avocat, Me Christian Dandrès, a déclaré être «satisfait de la décision qui permettra de faire la lumière sur les faits dénoncés». Me Yvan Jeanneret, conseil des cadres hospitaliers, s'est lui aussi dit ravi. «La décision de la juge est totalement satisfaisante et conforme à ce que l'on demandait. On savait qu'il y aurait un deuxième temps, c'est la règle. Mais le caractère diffamatoire des tracts a été retenu.»

Ton opinion