Nigeria: Les syndicats suspendent de la grève générale

Actualisé

NigeriaLes syndicats suspendent de la grève générale

Les syndicats nigérians ont annoncé lundi la «suspension» de la grève générale provoquée par la hausse du prix de l'essence. Auparavant l'armée avait effectué des tirs de sommation pour disperser la foule.

Les syndicats nigérians ont annoncé lundi la «suspension» de la grève générale d'une semaine provoquée par la hausse du prix de l'essence qui a paralysé le pays le plus peuplé d'Afrique et mobilisé des dizaines de milliers de personnes dans les manifestations.

«Les syndicats et leurs partenaires annoncent formellement la suspension de la grève, des rassemblements et des manifestations à travers le pays», a déclaré au cours d'une conférence de presse à Abuja le chef de la puissante centrale syndicale nigériane, le Nigeria Labour Congress, Abdulwahed Omar.

Cette annonce intervient après la dispersion par la police de manifestants à Lagos. Les forces de sécurité ont procédé à des tirs de sommation et utilisé des gaz lacrymogènes à Lagos pour disperser environ 300 manifestants tandis que les autorités prenaient des mesures pour empêcher les rassemblements dans le pays dans le cadre de la grève générale.

Ce mouvement national, paralysant le pays, avait commencé lundi 9 janvier, après la fin des subventions aux carburants qui a provoqué une flambée des prix à la pompe.

Descente de police chez «CNN»

La police nigériane a effectué un raid lundi dans le bureau de la chaine de télévision américaine «CNN» à Lagos en pleine grève générale et manifestations contre la hausse du prix de l'essence, a indiqué un témoin.

Les policiers «ont refusé de signer (les documents qui doivent être habituellement signés à l'entrée) et ont franchi la sécurité», a déclaré un témoin sous couvert de l'anonymat. Il a ajouté que les policiers avaient posé des questions sur le nombre d'expatriés et sur les autorisations de travail.

Les agents de la police secrète ont quitté les lieux après environ 20 minutes et laissé un numéro de téléphone pour contacter ultérieurement les autorités, a ajouté ce témoin.

A Lagos, les forces de sécurité ont procédé à des tirs de sommation et utilisé des gaz lacrymogènes lundi pour disperser environ 300 manifestants tandis que les autorités prenaient des mesures pour empêcher les rassemblements dans le pays dans le cadre de la grève générale. (afp)

Ton opinion