Actualisé 31.03.2017 à 10:19

Pakistan

Les talibans font exploser une voiture sur le marché

Un attentat dans une zone majoritairement chiite du nord-ouest du Pakistan a fait au moins 22 morts.

L'attentat s'est produit à proximité d'une mosquée chiite.

L'attentat s'est produit à proximité d'une mosquée chiite.

Keystone

Le bilan de l'attentat à la voiture piégée qui a ravagé vendredi un marché d'une zone majoritairement chiite du nord-ouest du Pakistan a été revu à 22 morts, selon une source médicale. L'attentat a été revendiqué par les talibans.

«Nous avons 22 corps ici à l'hôpital et 57 blessés dont des femmes et des enfants», a déclaré le Dr Moeen Begum, chirurgien à l'hôpital public de Parachinar, capitale de la zone tribale de Kurram où a eu lieu l'attentat. De précédents bilans faisaient état de 6 puis 11 tués.

L'attentat s'est produit à proximité d'une mosquée chiite. «C'était une voiture piégée, elle était garée sur le marché, mais il n'est pas clair à ce stade s'il s'agit d'un attentat-suicide», avait auparavant dit Shahid Ali Khan, un responsable administratif local.

Les musulmans chiites, qui constituent environ 20% de la population pakistanaise, sont considérés comme des hérétiques par nombre de groupes armés pakistanais d'obédience sunnite, qui les prennent régulièrement pour cible.

L'armée a indiqué qu'elle dépêchait un hélicoptère pour évacuer les blessés, tandis que les chaînes de télévision montraient des passants choqués sur la place du marché où circulaient de nombreuses ambulances.

Le Premier ministre condamne

Une faction particulièrement active du mouvement des talibans pakistanais, Jamaat-ul-Ahrar (JuA), a aussitôt revendiqué cet attentat.

Le Premier ministre Nawaz Sharif a condamné l'attaque, soulignant que son gouvernement s'était fixé pour «devoir» de procéder à l'«annihilation complète» du terrorisme au Pakistan. Il a ordonné aux autorités locales d'apporter leur assistance aux victimes.

Vague d'attentat en février

Cette attaque survient après une vague d'attentats qui avaient secoué le Pakistan en février, faisant plus de 130 morts en l'espace de quelques semaines.

Parachinar avait déjà été endeuillée par le premier gros attentat de 2017, une bombe sur un autre marché de la ville qui avait coûté la vie à 24 personnes en janvier, et avait également été revendiqué par des talibans. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!