Actualisé

Les talibans libèrent l'un des otages français

Kandahar - L'un des deux otages français retenus depuis plus de trois semaines en Afghanistan, une jeune femme, a été libérée samedi à Kandahar, a affirmé un porte-parole des talibans.

Ils ont par ailleurs accordé un nouveau délai à Paris pour négocier la libération du deuxième otage.

«Aujourd'hui à 11h05, la Française retenue en otage a été libérée dans le district de Maiwand de la province de Kandahar», a affirmé Yousuf Ahmadi. Cette libération, qui n'a pu être confirmée de source officielle afghane ou française, avait été annoncée un peu plus tôt pour des motifs humanitaires.

Un autre porte-parole des fondamentalistes a annoncé qu'un délai supplémentaire d'une semaine avait été accordé à la France, sommée de retirée ses troupes du pays en échange de la libération de son second otage toujours captif aux côtés de trois Afghans.

Pas de vocation à rester

Les talibans avaient donné, le 20 avril, une semaine à Paris pour retirer son contingent du pays en échange de la libération des otages. Faute de quoi, ils exécuteraient les deux employés de la petite ONG française Terre d'Enfance. Les deux Français avaient été enlevés le 3 avril avec leurs trois accompagnateurs afghans dans une zone reculée du sud-ouest de l'Afghanistan.

Les autorités françaises, qui ont maintenu la plus grande discrétion depuis le début de la crise, avaient adressé vendredi un signal aux ravisseurs en soulignant que la France n'avait «pas de vocation» à rester en Afghanistan.

23 rebelles tués

Par ailleurs, au moins 23 talibans et deux policiers ont été tués au cours de combats qui ont éclaté dans le sud et le sud-est de l'Afghanistan, a-t-on appris samedi de sources officielles.

De violents affrontements ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi avec la police dans le district de Alishar, dans la province de Khost où sont intervenus des hélicoptères de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) de l'Otan .

«Il y a treize corps de talibans sur le champ de bataille», a déclaré le gouverneur provincial, Arsala Jamal. Il a indiqué que les hélicoptères de l'Otan avaient contraint l'ennemi à battre en retraite. La province de Khost est une zone de conflit frontalière du Pakistan.

D'autres accrochages ont eu lieu tôt samedi dans la province d'Helmand (sud) où des talibans ont attaqué un convoi des forces spéciales américaines et des troupes afghanes. Dix insurgés talibans ont péri lors des combats, selon selon un communiqué de la coalition dirigée par les Etats-Unis.

Enfin, dans la province de Ghazni (sud-est), un poste de police été pris d'assaut par des insurgés. Deux policiers afghans ont été tués et trois autres kidnappés dans le district de Ab Band. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!