Afghanistan - Les talibans «paraissent avoir un avantage stratégique» 
Publié

AfghanistanLes talibans «paraissent avoir un avantage stratégique»

Le chef d’état-major américain a commenté mercredi la situation en Afghanistan où les talibans contrôlent «environ la moitié» des districts mais aucune des grandes villes.

Le chef d’état-major américain, le général Mark Milley lors d’une conférence de presse au Pentagone le 21 juillet 2021.

Le chef d’état-major américain, le général Mark Milley lors d’une conférence de presse au Pentagone le 21 juillet 2021.

AFP

Les talibans «paraissent avoir un avantage stratégique» aujourd’hui en Afghanistan, même si leur victoire est loin d’être assurée, a estimé mercredi le chef d’état-major américain, le général Mark Milley.

Les talibans contrôlent «environ la moitié» des districts mais aucune des grandes villes du pays, et l’armée afghane se regroupe dans les grandes villes pour protéger la population, a souligné le général Milley au cours d’une conférence de presse. «Une victoire militaire automatique des talibans n’est pas courue d’avance», a-t-il ajouté.

Selon le chef d’état-major, les talibans contrôlent 212 des quelque 400 districts afghans et encerclent 17 des 34 capitales provinciales. L’armée afghane, forte de 300’000 hommes entraînés et équipés par les Occidentaux «a les moyens» de défendre le pays, a-t-il noté, soulignant que tout dépendait maintenant de «la détermination et du leadership du peuple Afghan, des forces afghanes et du gouvernement afghan».

Hélicoptères de combat

Le ministre de la Défense, Lloyd Austin, a souligné pour sa part que les États-Unis avaient remis vendredi à l’armée afghane trois hélicoptères de combat «Blackhawk» et que d’autres équipements suivraient. «Nous restons engagés à aider l’armée afghane et le gouvernement afghan à l’avenir», a-t-il assuré.

Rappelant que l’objectif des États-Unis reste d’éviter une résurgence d’Al-Qaïda, Lloyd Austin a indiqué que des unités avaient été positionnées au Qatar pour continuer à lutter contre les djihadistes en Afghanistan après le départ des troupes étrangères.

Le retrait américain est achevé à 95% avec l’évacuation de matériel d’un volume équivalent aux cargaisons de 984 avions C-17, a rappelé le général Milley, précisant que 9000 militaires et civils américains avaient quitté l’Afghanistan.

À la mi-janvier 2021, le Pentagone avait annoncé que les effectifs militaires américains en Afghanistan étaient désormais réduits à 2500 hommes, mais l’armée américaine emploie aussi bon nombre d’auxiliaires civils, notamment pour l’intendance. «Un petit contingent principalement de personnel militaire, mais avec aussi des civils et des sous-contractants, ainsi que des diplomates, reste en Afghanistan pour assurer la sécurité et renforcer notre présence diplomatique à Kaboul», a-t-il ajouté.

Interprètes afghans

Par ailleurs, un premier groupe d’auxiliaires afghans de l’armée américaine qui cherchent à quitter le pays par peur de représailles des talibans arrivera dès la semaine prochaine aux États-Unis, a indiqué à la presse la responsable du département d’État chargée de ce dossier, Tracey Jacobson.

Ces quelque 700 interprètes et autres auxiliaires ainsi que leur famille immédiate, soit environ 2500 personnes, sont ceux dont le dossier d’immigration est le plus avancé. Ils doivent être hébergés à Fort Lee, une base de l’armée de terre située à quelque 200 km au sud de Washington, pendant que leur dossier sera vérifié par le département à la sécurité intérieure (DHS), soit quelques jours, avait indiqué lundi le Pentagone.

Un autre contingent de 4000 auxiliaires et leurs familles, soit quelque 20’000 personnes a reçu le feu vert de l’ambassade de Kaboul pour leur visa d’immigrant, a indiqué Mme Jacobson. Ils doivent maintenant se soumettre à des contrôles de sécurité approfondis, une procédure qui peut durer plusieurs mois et pour assurer leur sécurité après le départ des forces américaines, ils seront envoyés dans des pays tiers pendant que leur dossier est à l’étude, a-t-elle ajouté, sans nommer les pays concernés.

Au total, 20’000 Afghans ayant assisté l’armée américaine, notamment comme interprètes, ont à ce stade demandé à être évacués par les États-Unis avec leur famille immédiate, ce qui pourrait représenter jusqu’à 100’000 personnes. Ils rejoindront les quelque 70’000 auxiliaires de l’armée américaine qui ont déjà immigré aux États-Unis depuis 2008.

Les États-Unis négocient avec plusieurs pays de la région pour l’accueil temporaire de ces candidats à l’immigration aux États-Unis, comme le Koweit ou le Qatar. Les talibans ont annoncé mercredi qu’ils ne se battraient que s’ils étaient attaqués durant l’Aïd el Adha, la fête musulmane du Sacrifice, sans pour autant annoncer de cessez-le-feu formel. Les insurgés mènent depuis mai une offensive tous azimuts contre les forces afghanes, à la faveur des opérations de retrait définitif des forces internationales d’Afghanistan, prévu pour s’achever fin août.

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires