Nations Unies à Genève: Les Tamouls de Suisse manifestent contre la guerre au Sri Lanka

Actualisé

Nations Unies à GenèveLes Tamouls de Suisse manifestent contre la guerre au Sri Lanka

Alors que des combats redoublent d'intensité au Nord du Sri Lanka, tuant et blessant de nombreux civils, les Tamouls de Suisse tentent à leur manière d'alerter l'opinion internationale.

par
Didier Bender

Depuis le 27 janvier, sept jeunes Tamouls font la grève de la faim devant les bâtiments des Nations Unies à Genève. Ils dénoncent le génocide en cours dans le nord du Sri Lanka et appellent la communauté internationale à l'aide. Les manifestants ont été rejoints vendredi par des Tamouls de Suisse. «Les personnes qui ont commencé la grève de la faim continueront leur mouvement tant qu'ils n'auront pas reçu de réponse de l'ONU», Karan Kanagaratnam, l'un des manifestants présents à Genève. Les manifestants souhaitent rencontrer le Sud-Coréen Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies.

«Ces derniers jours, une véritable tragédie touchent trois villages dans le Nord du Sri Lanka, dans la région pacifique de Mullaitivu», informe l'Association SOS pour les Tamouls, dans un communiqué envoyé aux médias suisses. Cette zone avait justement été déclarée zone de protection pour les gens qui fuient les combats. Beaucoup de Tamouls se sont ainsi réfugiés dans cette région. Des bombes ont atteint ces zones tuant de nombreux civils et enfants. «Aujourd'hui, plus de 4500 personnes sont en danger si personne ne stoppe les combats », prévient Karan Kanagaratnam.

Selon l'Office de la direction générale des services de santé de Mullaitivu, au moins 300 personnes ont été tuées et plus de 1000 blessés attendent une aide d'urgence. «Nous lançons un appel d'urgence au gouvernement du Sri Lanka, au CICR, aux Nations Unies. Si aucune aide médicale n'arrive dans les prochaines 24 heures, de nombreux blessés ne vont pas survivre», prévient un médecin sur place, dans un communiqué.

Ton opinion