Zurich: Les taudis servent de bordel et de lieu de deal
Actualisé

ZurichLes taudis servent de bordel et de lieu de deal

Junkies et dealers, prostituées et clients, telle est la faune qui fréquente les immeubles contrôlés mardi par la police. Mais le propriétaire voudrait les remettre à neuf.

par
rom/dmz
1 / 7
La police a effectué une razzia, mardi matin 20 octobre 2015, à Zurich, dans trois immeubles locatifs.

La police a effectué une razzia, mardi matin 20 octobre 2015, à Zurich, dans trois immeubles locatifs.

DR
Quatre personnes ont été arrêtées. Elles sont accusées d'avoir loué des appartements dans un état désolant à des prix exorbitants.

Quatre personnes ont été arrêtées. Elles sont accusées d'avoir loué des appartements dans un état désolant à des prix exorbitants.

DR
La police a également commencé à interroger les 120 locataires.

La police a également commencé à interroger les 120 locataires.

DR

«Des images affriolantes d'un c** de latina m'ont attiré vers la Neufrankengasse 6 et une certaine Michelle, raconte une certain 'Bangmaster' sur un forum dédié aux amateurs de sexe tarifé. Mais j'y ai trouvé un appartement délabré, avec seulement une chambre et un lit et une douche inutilisable», poursuit-il.

Ce descriptif peu ragoûtant correspond à un des taudis visités mardi par la police zurichoise. Une razzia qui a mené à l'interpellation du propriétaire des lieux et de trois de ses employés e. Le premier risque jusqu'à cinq ans de prison pour usure. Tous les quatre ont été placés jeudi en détention provisoire, ont annoncé les autorités zurichoises.

Drogue et prostitution

Rolf Vieli, responsable de l'association «Langstrasse Plus», chargée de faire du Kreis 4, le quartier chaud de la ville, un lieu où il fait bon vivre, explique que la situation ne date pas d'hier: «Ces immeubles ont été construits au début des années 1970. Au départ, ils servaient de lieu d'accueil provisoire pour les travailleurs étrangers qui arrivaient dans la région», explique-t-il. Mais tout à très vite changé: «En 1974, le premier bordel y a ouvert», poursuit-il.

Dès 1995 et la fermeture de la scène ouverte de la drogue de l'ex-gare du Letten, les drogués et les dealers ont massivement investi les lieux. Et la police y est régulièrement descendue. «Déjà l'ancien propriétaire n'a jamais rien fait pour améliorer la vie dans ces immeubles», s'insurge Rolf Vieli.

Baux bientôt résiliés

Entre 2002 et 2005, Peter S. a racheté les numéros 6 et 14 de la Neufrankengasse. Et une remise en ordre des appartements n'a jamais été à l'ordre du jour, malgré les déclarations du nouveau propriétaire dans la presse alémanique.

Peter S. posséderait par ailleurs une douzaine d'immeubles dans le centre ville de Zurich. Les loyers y flirtent avec les 1100 francs par mois. Voire plus. Une somme normale pour le quartier, où vivent surtout des bénéficiaires de l'aide sociale, des marginaux et des travailleurs du sexe. Et où les immeubles en mauvais état ne manquent pas. «J'espère que la descente de la police enverra un message aux propriétaires», poursuit Rolf Vieli.

En ce qui concerne les locatifs visités, la situation pourrait changer à l'avenir. Radicalement. Interrogé par le «Tages-Anzeiger», Sherry Weidmann, promoteur zurichois, avance que le chantier de l'Europaallee, toute proche, aura des conséquences bénéfiques pour le quartier. Ces nouvelles constructions de luxe attireront une population plus aisée, et, surtout, devraient mettre les drogués et les prostituées à la rue. Selon ce spécialiste, les baux actuels seront résiliés pour la fin de 2016. Une information qui n'a pas été confirmée.

Ton opinion