Genève: Les taxis bleus sont à deux doigts de la grève

Actualisé

GenèveLes taxis bleus sont à deux doigts de la grève

La guerre est déclarée entre les chauffeurs et leur centrale. Les «taxistes» jugent leurs conditions de travail inacceptables.

par
dti

Les quelque 130 taxis bleus, qui travaillent principalement avec les hôtels, sont en colère. Plus de la moitié d'entre eux ont signé et déposé une pétition auprès de leur centrale d'appels, Taxi Ambassador. Ils réclament respect et courtoisie de la part des responsables. Ils demandent également un peu de souplesse quant au respect des horaires. «On nous demande, par exemple, d'effectuer des courses en 5 minutes, ce qui, compte tenu des travaux que connaît la Ville, est impossible», disent-ils.

Les chauffeurs de taxi accusent également leur centrale de privilégier un service de limousines concurrent pour les longs trajets, plus lucratifs. Et, pour les quelques chauffeurs qui ont fait part de leurs doléances, la sentence est tombée: plus aucune course commandée. Ainsi, si rien ne change dans la semaine, les taxis bleus cesseront de travailler. Pas idéal alors que la saison touristique démarre.

Francesco de Filippo, patron de Taxi Ambassador, déclare: «Les taxis ne sont pas mes employés. Ils sont affiliés à la centrale et ont des droits et des devoirs.» Il ajoute que tous, en tant que chauffeurs indépendants, ont signé un contrat avec un règlement. «Si les conditions ne leur conviennent pas, ils peuvent aller voir ailleurs», conclut-il. Pour autant, Francesco de Filippo se dit ouvert au dialogue.

Ton opinion