Morts d’otages turcs: «Les terroristes du PKK» responsables selon Washington
Publié

Morts d’otages turcs«Les terroristes du PKK» responsables selon Washington

Les États-Unis ont réagi à l’assassinat de treize otages turcs retrouvés sans vie en Irak dimanche. Ils ont accusé «les terroristes du PKK» de les avoir exécutés.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a accusé les membres du PKK d’être responsables de la mort de 13 otages turcs en Irak.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a accusé les membres du PKK d’être responsables de la mort de 13 otages turcs en Irak.

AFP

«Les terroristes du PKK» sont responsables de la mort de 13 otages turcs en Irak, a affirmé lundi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken lors d’un appel téléphonique avec son homologue turc Mevlüt Cavusoglu.

«Le secrétaire d’État a fait part de ses condoléances pour la mort des otages turcs dans le nord de l’Irak et a affirmé que les terroristes du PKK en portaient la responsabilité», a assuré le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, dans un communiqué.

Cette mise au point américaine intervient après que la Turquie a dénoncé une première réaction de Washington qui ne semblait pas soutenir explicitement les accusations turques contre les militants kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

La Turquie accuse le PKK

Cette critique s’était accompagnée d’une protestation diplomatique avec la convocation de l’ambassadeur américain, David Satterfield, à Ankara au ministère turc des Affaires étrangères.

Selon le ministère turc de la Défense, 13 corps sans vie de ressortissants turcs, des membres des forces de sécurité pour la plupart, retenus en captivité dans le nord de l’Irak depuis plusieurs années, ont été retrouvés par des militaires. La Turquie a accusé dimanche le PKK de les avoir exécutés.

Lors de sa discussion avec Mevlüt Cavusoglu, Antony Blinken a souligné «l’ancienneté et l’importance des relations bilatérales entre les États-Unis et la Turquie» ainsi que l’intérêt commun des deux pays à «lutter contre le terrorisme», a rapporté Ned Price.

Le secrétaire d’État a par ailleurs de nouveau exhorté la Turquie «à renoncer au système de missiles russes sol-air S-400» dont Washington estime qu’il menace la sécurité de l’OTAN.

(AFP)

Ton opinion