EURO 2016: «Les terroristes peuvent frapper à tout moment»
Actualisé

EURO 2016«Les terroristes peuvent frapper à tout moment»

Le secrétaire général de l'Association suisse de football, Alex Miescher, pense que le déroulement de l'EURO 2016 n'est pas menacé pour l'instant. La sécurité sera toutefois un élément clé de la réussite du tournoi.

Alex Miescher, le secrétaire général de l'Association  suisse de football.

Alex Miescher, le secrétaire général de l'Association suisse de football.

L'Association suisse de football n'est pas inquiète à l'idée de disputer l'Euro 2016 en France, théâtre vendredi d'une attaque terroriste revendiquée par l'Etat islamiste et qui a fait plus de 100 morts et plus du double de blessés à Paris et aux abords mêmes du Stade de France. Cet attentat fait cependant planer une réelle menace sur le tournoi qui doit se dérouler dans l'Hexagone du 10 juin au 10 juillet.

«Je ne suis pas inquiet et les joueurs ne le sont pas non plus», a déclaré le secrétaire général de l'ASF Alex Miescher depuis Vienne, où l'équipe de Suisse est actuellement en camp d'entraînement jusqu'à son match amical de mardi face à l'Autriche. «Il faut attendre les résultats de l'enquête ainsi que les enseignements que le gouvernement français va tirer de ces événements, a poursuivi Alex Miescher. Mais, pour l'instant, cet attentat ne change rien pour nous. Nous en saurons plus le 12 décembre quand nous nous rendrons à Paris pour le tirage au sort de l'Euro.»

La Suisse a choisi pour camp de base pendant l'Euro un complexe hôtelier à Juvignac, à la périphérie nors-est de Montpellier, et s'entraînera au stade de la Mosson.

«Les terroristes peuvent frapper à tout moment»

Reste qu'en dépit de la confiance affichée par l'ASF via son secrétaire général, la capacité de la France à assurer la sécurité de l'Euro est devenue la question centrale. «Beaucoup de précautions sont prises, mais on le voit bien, les terroristes peuvent frapper à tout moment», explique dans L'Equipe Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football. «Pour l'Euro, il y avait déjà une inquiétude. Aujourd'hui, elle est évidemment encore plus forte», a-t-il ajouté quelques instants après les attaques de vendredi.

Le quotidien sportif rappelle que la menace terroriste était une composante majeure dans l'organisation de l'Euro, et ce dès le début de la candidature française. Il cite ainsi des propos datant de quelques semaines de Jacques Lambert, le président du comité d'organisation du tournoi (Euro 2016 SAS).

«Depuis l'origine, on sait que la sécurité sera un enjeu clé de la réussite de la compétition. (...) Le risque de l'action terroriste contre la France, je dis la France plus que contre le tournoi lui-même ou l'UEFA, avait été identifié depuis le départ et figurait sur la liste des douze risques qui figurent déjà dans le dossier de candidature et qui structurent depuis des mois le travail d'élaboration du dispositif de sécurité entre le ministère de l'Intérieur, la Fédération française et l'Euro 2016 SAS. Ce qui a changé (NDLR: depuis les attentats de Charlie Hebdo en janvier dernier), c'est la gradation du risque par rapport aux autres risques. On n'est plus simplement dans un risque théorique. On est dans un risque possible. Le passage à l'acte a eu lieu.»

Soutien de l'UEFA

La responsabilité de la sécurité durant l'Euro 2016 est répartie entre les pouvoirs publics et l'organisateur. Ce dernier est responsable des stades, des camps de base et des hôtels des équipes et de l'UEFA, tandis que l'Etat est en charge de tout l'espace public.

Pour l'heure, l'UEFA s'est contentée de faire part de son soutien et de sa solidarité. «L'UEFA est profondément choquée et triste après ces tragiques événements et assure à la France, ainsi qu'à tous ceux qui ont été touchés par ces actes atroces, de son soutien et de sa solidarité.» (nxp/si)

(NewsXpress)

Ton opinion