Coronavirus - Les testés pourront se faire refouler des lieux de loisirs
Publié

CoronavirusLes testés pourront se faire refouler des lieux de loisirs

Alain Berset a présenté vendredi après-midi les nouvelles mesures de lutte contre le Covid-19.

par
comm/ofu

L’inévitable s’est produit. Après une forte recrudescence des cas d’infection au coronavirus ces dernières semaines et l’apparition du nouveau variant Omicron, le Conseil fédéral a présenté ce vendredi les nouvelles mesures renforcées de lutte contre le virus. Il estime que la situation actuelle est «très critique».

Selon lui, l’apparition du variant Omicron pose de nouveaux défis. Celui-ci a en effet été considéré comme préoccupant par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 26 novembre. «Il faut s’attendre à ce qu’il soit hautement contagieux et qu’il soit susceptible d’infecter des personnes immunisées contre le variant Delta. On ignore encore dans quelle mesure le vaccin protège contre les formes graves de la maladie et quelle est la dangerosité du nouveau variant.»

Découvrez ci-bas en détail les mesures renforcées décidées par les autorités helvétiques:

Extension du certificat COVID

Le pass sanitaire sera désormais obligatoire pour accéder aux espaces intérieurs de toutes les manifestations publiques et pour participer à toutes les activités sportives et culturelles d’amateurs en intérieur. L’exception en vigueur aujourd’hui pour les groupes fixes jusqu’à 30 personnes est supprimée. Par ailleurs, le certificat devient obligatoire pour les événements en plein air dès 300 personnes. Jusqu’à présent, la limite était fixée à 1000 personnes.

Il est finalement vivement recommandé d’utiliser le certificat pour les rencontres privées en famille et entre amis se tenant à l’intérieur et réunissant plus de dix personnes. Pour le Conseil fédéral, il est important que la population soit très prudente dans le cadre privé, en particulier lors de fêtes de famille.

Alain Berset s’est exprimé, vendredi, à Berne. 

Alain Berset s’est exprimé, vendredi, à Berne.

20min/Matthias Spicher

Extension de l’obligation du port du masque

Dès lundi prochain, le masque sera obligatoire à l’intérieur partout où le certificat l’est aussi et cela, que les personnes soient vaccinées/guéries ou non, à l’exception des rencontres privées.

Possibilité de restreindre l’accès aux vaccinés ou aux guéris

Tous les établissements publics et tous les événements se déroulant à l’intérieur ou en plein air auront dès la semaine prochaine la possibilité de restreindre l’accès aux seules personnes vaccinées ou guéries, et pourront ainsi renoncer à l’obligation de porter un masque. «Les personnes vaccinées ou guéries sont nettement moins contagieuses et, en cas d’infection, elles ont beaucoup moins de risque de subir une forme grave ou d’être hospitalisées», estime le Conseil fédéral.

Les clients des restaurants auront par ailleurs l’obligation de consommer assis et il faudra collecter les coordonnées des personnes participant à des activités culturelles ou sportives telles que répétitions de chorales ou entraînements en salle.

Suppression des quarantaines

Dès ce samedi 4 décembre, plus aucun pays ne figurera sur la liste des pays concernés par une quarantaine. Mais pour prévenir autant que possible l’importation du variant, les exigences de dépistage qui s’appliquent à l’entrée en Suisse sont durcies. Toutes les personnes entrant sur le territoire, y compris les vaccinées et les guéries, doivent se faire tester. Outre un test PCR avant leur entrée, elles devront procéder à un deuxième test, PCR ou antigénique, entre le quatrième et le septième jour après leur arrivée. Ce deuxième test vise à garantir la détection des personnes qui se seraient infectées juste avant de partir ou pendant leur voyage. Ces dépistages sont à la charge des personnes concernées.

«Les frais de ces tests seront à la charge des individus», a précisé Alain Berset qui ajoute qu’une exception existe pour les frontaliers. Ces derniers n’auront pas besoin de remplir le formulaire de contact ni de se faire tester avant d’entrer en Suisse.

Les ressortissants d’États tiers non vaccinés qui souhaitent entrer en Suisse depuis un pays ou une région à risque de l’espace Schengen pour des séjours temporaires sans activité lucrative de 90 jours au plus au cours d’une période de 180 jours ne pourront pas le faire, sauf exception (cas de rigueur). Cette interdiction concerne les voyages touristiques et les visites à des proches. La liste des pays et des régions à risque figure à l’annexe 1 de l’ordonnance 3 COVID-19. Elle est actualisée régulièrement en fonction des recommandations de la Commission européenne pour les États de l’espace Schengen.

Pas d’obligation de dépistage dans les écoles

Le Conseil fédéral renonce à imposer les dépistages répétés à l’école obligatoire et au secondaire II. Si 17 des 26 cantons se sont opposés à une telle obligation, le Conseil fédéral reste quant à lui convaincu de l’efficacité de ces tests qui permettent de détecter plus tôt les infections et de casser les chaînes de contamination, limitant par conséquent aussi le risque de devoir fermer des écoles et faire passer des classes entières à l’enseignement à distance.

Réduction de la durée de validité des certificats

La durée de validité des tests rapides antigéniques passe de 48 à 24 heures à compter du prélèvement de l’échantillon. Cette mesure permet d’accroître la pertinence des résultats des tests et de réduire fortement le laps de temps durant lequel les personnes munies d’un certificat de test valide peuvent être infectieuses. Les tests PCR restent valables 72 heures.

Recommandation de réintroduire le travail à domicile

Berne recommande instamment de réintroduire le travail à domicile. Par ailleurs, tous les collaborateurs doivent porter un masque dans les locaux qui sont partagés par plusieurs personnes. La grande majorité des cantons et des partenaires sociaux se sont opposés à l’introduction d’une obligation de travailler à domicile. Du point de vue épidémiologique, une réglementation contraignante aurait néanmoins de meilleurs effets qu’une recommandation, précise le Conseil fédéral.

Ton opinion

784 commentaires