Actualisé 28.04.2017 à 17:06

Chavornay (VD)Les tortues abandonnées ont leurs bassins

Des bassins inaugurés vendredi, à Chavornay, sont destinés à recueillir les tortues dont les propriétaires ne veulent plus.

1 / 8
Environ 200 tortues ont été lâchées dans les bassin du centre Emys a Chavornay, ouverts pour recueillir les animaux abandonnés par leurs propriétaires. (Vendredi 28 avril 2017)

Environ 200 tortues ont été lâchées dans les bassin du centre Emys a Chavornay, ouverts pour recueillir les animaux abandonnés par leurs propriétaires. (Vendredi 28 avril 2017)

kein Anbieter
Environ 200 tortues ont été lâchées dans les bassin du centre Emys a Chavornay, ouverts pour recueillir les animaux abandonnés par leurs propriétaires. (Vendredi 28 avril 2017)

Environ 200 tortues ont été lâchées dans les bassin du centre Emys a Chavornay, ouverts pour recueillir les animaux abandonnés par leurs propriétaires. (Vendredi 28 avril 2017)

kein Anbieter
Environ 200 tortues ont été lâchées dans les bassin du centre Emys a Chavornay, ouverts pour recueillir les animaux abandonnés par leurs propriétaires. (Vendredi 28 avril 2017)

Environ 200 tortues ont été lâchées dans les bassin du centre Emys a Chavornay, ouverts pour recueillir les animaux abandonnés par leurs propriétaires. (Vendredi 28 avril 2017)

kein Anbieter

Quelque 200 tortues ont été lâchées vendredi dans les deux nouveaux bassins du centre Emys à Chavornay (VD) dédié à la protection et à la récupération de ces animaux. Elles seront rejointes par 300 autres semblables ces prochaines semaines et davantage à long terme.

«Environ 120 donateurs étaient présents pour ce lâcher. La marraine du centre Lolita Morena était notamment de la partie», explique à l'ats Jean-Marc Ducotterd, président de Protection et récupération des tortues (PRT).

Outre les deux bassins fraîchement inaugurés de 35 sur 5 mètres, trois enclos permettent d'accueillir des tortues terrestres. Et une douzaine d'autres enclos sont en cours de construction.

Longue vie

Ces différents espaces permettent d'offrir un nouveau toit à des tortues dont leurs propriétaires ne veulent plus. «La problématique de cet animal, c'est sa longévité», poursuit Jean-Marc Ducotterd. «Les gens connaissent des changements de vie, ils déménagement, leurs enfants grandissent et ils n'ont peut-être plus de solution pour ces tortues.»

Depuis 1994, le centre PRT les accueille. Mais il manquait de place, d'où ce nouveau projet budgétisé à deux millions de francs. «Nous avons récolté 1,3 million, essentiellement auprès de fondations privées, et recherchons activement les 700'000 francs restants», poursuit l'amoureux de tortues. Quelque 25 bénévoles oeuvrent à ce projet. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!