Statistiques: Les touristes de la zone euro reviennent en Suisse
Actualisé

StatistiquesLes touristes de la zone euro reviennent en Suisse

Les nuitées ont progressé de 5,2% en 2017 avec 37,4 millions d'unités.

Les visiteurs étrangers ont généré 20,5 millions de nuitées.

Les visiteurs étrangers ont généré 20,5 millions de nuitées.

Keystone

Après huit années de recul, les touristes européens reviennent en Suisse. Les nuitées des hôtes issus de la zone euro ont progressé de 2,5% l'an passé, avec un bilan positif aussi en provenance d'Allemagne.

Globalement, l'hôtellerie suisse s'est rapprochée l'an passé de ses années record de 1990 et 2008, avec une augmentation de 5,2% des nuitées par rapport à 2016 à 37,4 millions, a annoncé jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Les marchés clés sont tous en croissance, avec un net retour des visiteurs européens d'abord, mais aussi une forte progression parmi les Américains et les Asiatiques.

Les chiffres des visiteurs venus d'Allemagne, premier marché pour le tourisme helvétique, sont à nouveau positifs ( 1,1%), ce qui n'était plus le cas depuis 2008. «La reprise est amorcée, mais nous sommes loin des volumes d'avant la période de surévaluation du franc», a souligné Martin Nydegger, le nouveau patron de Suisse Tourisme, à l'occasion de la conférence de presse annuelle de l'organisation à Zurich.

Constat réjouissant aussi sur les autres marchés traditionnels tels que le BeNeLux (6,1%), l'Espagne ( 8,7%) et la Russie ( 8,8%). La demande d'Italie ( 0,8%) a progressé légèrement alors que celle de France a stagné. En revanche, le Royaume-Uni accuse une baisse de 1,1% des nuitées. Les hôtes au passeport européen ont totalisé 11,9 millions de nuitées.

Record américain

Les visiteurs étrangers ont généré 20,5 millions de nuitées, soit une hausse de 6,1%. De leur côté, les séjours hôteliers des Suisses ont progressé de 4,2% pour atteindre un total de 16,9 millions, soit le meilleur résultat jamais enregistré par cette clientèle, selon l'OFS. «Après un brusque recul de la clientèle d'origine asiatique, on enregistre une hausse de 12,8% des nuitées en 2017», a commenté Marc Gindraux, chef de la division territoire et environnement à l'OFS. La Chine ( 13,1% sans Hong Kong), l'Inde ( 23,4%) et la Corée du Sud ( 34,7%) y ont particulièrement contribué. Même la demande du Japon, ( 13,1%) a crû en 2017, ce qui n'était plus observé depuis longtemps.

Quant à la clientèle des Etats-Unis, deuxième marché en importance pour la Suisse depuis 2015, la progression se poursuit. Les nuitées des touristes en provenance du pays de l'Oncle Sam ont refranchi le seuil symbolique de 2 millions, une première depuis l'année 2000. Après une longue période forte croissance, la crise du Qatar a impacté les arrivées du Moyen-Orient. Les Pays du Golfe accusent la baisse la plus importante de tous les pays de provenance (–4,1%). (nxp/ats)

Toutes les régions en ont profité

Les 13 régions touristiques de Suisse ont toutes profité de l'année faste 2017. La région Berne (8,2%) affiche la progression des nuitées la plus importante. L'association hotelleriesuisse s'inquiète toutefois de la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée dans la branche.

La région zurichoise (6%), le Valais (6,9%) et les Grisons (4,9%) n'ont pas été en reste, selon les chiffres de l'hébergement hôtelier publiés jeudi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Avec un gain de 7,7% par rapport à 2016, le Tessin présente l'une des plus fortes poussées en termes relatifs.

L'an passé, la durée de séjour s?est élevée, comme en 2016, à 2 nuits. Les hôtes étrangers sont restés en moyenne 2,1 nuits. Les Grisons détiennent la palme (2,7 nuits), la région Fribourg ferme la marche (1,6 nuit). Le taux net d'occupation des chambres s'est amélioré de 51,3% à 52,9%, avec le record pour Genève (66,3%).

«Le creux de la vague est passé», a estimé Andreas Züllig, président de l'association sectorielle hotelleriesuisse, à l'occasion de la conférence annuelle de Suisse Tourisme. «Grâce à une bonne saison d'hiver, tous les signaux sont au vert», a-t-il résumé, non sans évoquer les défis de taille pour la branche.

Après une initiative populaire contre l'îlot de cherté helvétique - pour des prix équitables, sur laquelle les Suisses voteront, la faîtière s'attaque au manque de personnel qualifié. Pour la première fois, les hôteliers y voient un problème plus important que la situation monétaire, selon un sondage publié jeudi par l'organisation.

(NewsXpress)

Ton opinion