Genève: Les touristes japonais ont déserté la cité de Calvin

Actualisé

GenèveLes touristes japonais ont déserté la cité de Calvin

En vingt ans, le nombre de visiteurs nippons à Genève a été divisé par cinq. Une baisse due à un marché touristique qui s'est beaucoup ouvert.

par
David Ramseyer
Keystone/Peter Klaunzer

Le guide, un drapeau à la main, était suivi au pas de course par des Japonais qui mitraillaient de photos le Jet d'eau, l'horloge fleurie et le Mur des réformateurs. Cette image, jadis emblématique des touristes étrangers au bout du lac, appartient au passé.

En 1995, les voyageurs nippons assuraient 225'041 nuitées aux hôtels genevois contre 43'618 l'an passé, selon l'Office cantonal de la statistique. Ils représentaient 11% des nuitées il y a vingt ans et seulement 1% en 2016, soit dix fois moins. Une baisse également observée, avec cependant moins d'ampleur, au niveau national.

Des avions et Internet

Pour expliquer pareil changement, la Société des hôteliers de Genève a son idée. Son vice-directeur remarque que le marché et la manière de voyager ont beaucoup évolué: «Les Japonais, historiquement premiers visiteurs d'Extrême-Orient à Genève, venaient en groupes. Ce n'est plus le cas, souligne Alain Rigazzi. Avec le développement du réseau aérien et les réservations par internet, ces touristes se déplacent individuellement et ont plus facilement accès à d'autres destinations».

Mais le phénomène a aussi profité au tourisme genevois. «Ces évolutions nous ont permis d'ouvrir d'autres marchés, comme la Russie et la Chine», notent les hôteliers du canton.

Genève Tourisme est resté injoignable. Contacté, le consulat du Japon au bout du lac assure que pour ses concitoyens, la cité de Calvin reste une ville internationale attractive. Mais il ne s'explique pas la baisse des nuitées nippones à Genève.

Les Suisses en force

Genève a beau être une ville internationale, les clients helvétiques étaient l'an dernier majoritaires dans les hôtels de la place. Au classement 2016 des nuitées, les voyageurs britanniques figurent en deuxième position, devant les touristes américains. Suivent les pays du Golfe, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Chine et la Russie.

L'année dernière, l'hôtellerie genevoise a enregistré 2,928 millions de nuitées. Un chiffre en baisse de 0,8% par rapport à l'exercice précédent.

Ton opinion