Berne: Les trains grillent trop de feux rouges
Actualisé

BerneLes trains grillent trop de feux rouges

En six mois, les mécaniciens ont grillé deux fois plus de feux rouges que lors du premier semestre 2011. Les syndicats réclament une meilleure formation.

par
JBM

Le chiffre a de quoi faire peur. A fin juin, on dénombrait déjà 31 «cas de signal» aux CFF, contre 16 pour la même période de l'an dernier, selon un décompte de «SonntagsBlick». Les «cas de signal» sont répertoriés lorsque le conducteur de locomotive ignore un feu rouge, ou s'il freine trop tard. «Cette statistique ne fait pas de distinction entre un écart de quelques centimètres ou un de plusieurs mètres», précise Fédéric Revaz, porte-parole des CFF.

Qui ajoute que «si on prend une moyenne sur ces cinq dernières années, le nombre reste dans une fourchette correcte». Reste que griller un feu peut avoir des conséquences dramatiques. En août 2011, une rame était sortie des voies et seize personnes avaient été blessées à Döttingen (ZH) à cause d'un feu rouge non respecté. «Jusqu'à maintenant, nous avons eu de la chance que rien de plus grave ne soit survenu. Mais je crains cependant que ce ne soit qu'une question de temps», a déclaré Peter Moor, porte-parole du Syndicat du personnel des transports au journal dominical.

De son côté, le Syndicat suisse des mécaniciens de locomotives et aspirants veut une meilleure formation du personnel pour éviter ces problèmes. Une demande qui va à l'encontre des projets des CFF: l'ex-régie veut ramener l'apprentissage proposé aux mécaniciens de 49 à 33 semaines.

Ton opinion