Démission Hildebrand: Les transactions de la famille Hildebrand
Actualisé

Démission HildebrandLes transactions de la famille Hildebrand

Les transactions de devises controversées de la famille du président de la BNS ont été révélées fin 2011 et ont finalement poussé le président de l'institution à démissionner.

Les dates importantes de l'affaire

10 mars 2011: achat de 1,173 million de dollars américains, valant 1,1 million de francs après la vente d»une maison en Suisse.

17 mars: la BNS confirme sa politique d»expansion monétaire. Le cours du dollar plonge de 0,94 à 0,92 francs jusqu»à la fin du mois. «L'évolution du cours a donc été désavantageuse pour Philipp Hildebrand», écrit le cabinet d»audit PricewaterhouseCoopers (PwC) dans son rapport d»expertise.

15 août: la femme de Philipp Hildebrand, Kashya Hildebrand, achète 504'000 dollars américains pour 400'000 francs. Vingt mille dollars ont été achetés pour le compte de leur fille. Selon le rapport de PwC, Philipp Hildebrand n'a pas eu connaissance de la commande. «Vu que la transaction a eu lieu deux jours avant une annonce importante de la BNS, elle doit être considérée comme délicate» critique toutefois PwC.

16 août 2011: Philipp Hildebrand apprend l'existence de la transaction et transmet l'information au directeur du service de la BNS. Ce dernier ne voit pas de raison d'agir. M. Hildebrand informe ensuite Sarasin que ce genre de transaction ne doit à l'avenir être effectué que s'il en donne lui-même l'ordre ou le confirme personnellement.

17 août 2011: La BNS intensifie ses mesures de lutte contre la force du franc en accroissant encore les liquidités injectées dans le circuit économique. Le cours du dollar augmente ensuite, jusqu'à fin août, de 0,79 franc à 0,82 franc. «L'évolution du cours a ainsi été favorable à Philipp Hildebrand», écrit PwC dans son rapport.

6 septembre: la Banque nationale instaure un taux plancher de 1,20 franc pour un euro.

4 octobre: vente de 516'000 dollars, équivalant à 475'000 francs, à un cours de 0,92 francs dans le cadre de l'achat d'un appartement. «L'évolution du cours du dollar depuis l'achat du 10 mars 2011 jusqu'à la vente était désavantageuse pour Philipp Hildebrand», a indiqué PwC, ajoutant que la transaction n'a pas violé le règlement. Le gel de six mois pour ce type de transaction a également été respecté.

11 novembre: rencontre entre un collaborateur de la Banque Sarasin et le conseiller national UDC Christoph Blocher, organisée par un avocat qui est par ailleurs député au parlement thurgovien.

15 décembre: Christoph Blocher informe le Conseil fédéral, au lendemain de l'élection de ce dernier, de transactions suspectes réalisées dans l'entourage privé du président de la BNS. Ce dernier informe le Conseil de banque et met à disposition des experts ses rapports financiers, qui sont vérifiés par PwC et le Contrôle fédéral des finances.

21 décembre: fin de l'expertise, qui confirme qu'il n'y a pas eu d'abus informations privilégiées. Les experts ont eu accès à l'ensemble des transactions bancaires de Philipp Hildebrand et de sa famille pour l'année 2011.

22 décembre: le Conseil de banque est informé des résultats du rapport.

23 décembre: séance spéciale du Conseil fédéral. La BNS informe que les rumeurs sur un enrichissement illégal de Philipp Hildebrand sont fausses.

1er janvier 2012: l'affaire sort dans la presse. Le collaborateur de la Banque Sarasin se rend à la police cantonale zurichoise.

4 janvier: Philipp Hildebrand est accusé par la «Weltwoche», hebdo proche de l'UDC, de délit d'initié. La BNS rend publics son règlement interne et le rapport d'expertise de PwC.

5 janvier: le déconciateur de la banque Sarasin est mis en examen par le Ministère public du canton de Zurich. L'homme, employé informatique de la banque privée, à Bâle est accusé d'infraction à la loi sur les banques. Philipp Hildebrand déclare, lors d'une conférence de presse, qu'il n'a jamais envisagé de démissionner.

6 janvier: la banque Sarasin porte plainte contre son ex- collaborateur et «contre des personnes qui auraient poussé l'employé à violer le secret bancaire et détenu des informations confidentielles ou qui les auraient utilisées à des fins personnelles ou pour le compte d'autres individus». Porte-parole du Conseil fédéral, André Simonazzi confirme «que M.Blocher a montré un document à la présidente Micheline-Calmy-Rey», précisant qu'il s'agissait d'un extrait d'un document bancaire d'une banque non identifiée au nom de Philipp Hildebrand. Eveline Widmer-Schlumpf déclare à la télévision que «les conséquences d'une démission dans le contexte actuel seraient graves».

7 janvier: Le Conseil de banque de la BNS décide de vérifier les transactions depuis 2009 des membres de sa direction et de renforcer le règlement interne de la banque nationale.

9 janvier: Philipp Hildebrand annonce sa démission de ses fonctions comme président de la BNS avec effet immédiat. Il déclare ne pas pouvoir «livrer la preuve définitive que la transaction incriminée (du 15 août) a été ordonnée par ma femme: je ne peux que donner ma parole d'honneur». D'autres documents sont publiés sur le site Internet de la BNS. La commission de l'économie du National auditionne les protagonistes.

(ats)

Ton opinion