Australie: Les transferts d'immigrés illégaux
Actualisé

AustralieLes transferts d'immigrés illégaux

La Haute Cour d'Australie a jugé mercredi illégal le projet controversé de transfert vers la Malaisie de demandeurs d'asile, portant un coup majeur à ce programme du gouvernement.

Selon un accord signé en juillet entre Canberra et Kuala Lumpur, la Malaisie devait recevoir d'Australie 800 immigrants illégaux, de toutes origines, où leur demande d'asile sera soumise à l'ONU.

En échange, l'Australie accueillera sur quatre ans 4.000 des 90.000 personnes actuellement enregistrées comme réfugiés en Malaisie, dont beaucoup sont originaires de Birmanie.

«La Haute Cour a invalidé aujourd'hui la déclaration du ministère de l'Immigration et de la Citoyenneté, qui faisait de la Malaisie un pays où les demandeurs d'asile» en Australie «pouvaient être amenés pendant l'étude de leur demande», a indiqué la Cour dans un communiqué.

Plainte de réfugiés

Deux réfugiés afghans avaient porté plainte contre cet accord passé en juillet. Leurs avocats ont argué que l'accord violait les devoirs de l'Australie envers les demandeurs d'asile car la Malaisie n'est pas signataire de la convention sur les réfugiés sur l'ONU. La Haute Cour s'est rangée à leurs arguments, à la majorité.

Selon la loi australienne, le gouvernement ne peut désigner un pays comme destination de demandeurs d'asile, si ce pays n'est pas à même de les protéger de manière appropriée, a-t-elle souligné.

La loi sur la Migration «demande en outre que le pays d'accueil observe certains critères en matière de droits de l'Homme dans la mise en oeuvre de cette protection», a-t-elle précisé.

L'accord des gouvernements australien et malaisien vise à tarir les ressources des passeurs, selon Canberra, mais il a suscité beaucoup de critiques, notamment d'Amnesty International.

Le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) n'a pas approuvé ce programme d'échanges de demandeurs d'asile. En 2010, quelque 6.800 demandeurs d'asile sont arrivés en bateau sur les rivages de l'Australie. (afp)

Ton opinion