Les transporteurs portugais promettent une «paralysie» du pays
Actualisé

Les transporteurs portugais promettent une «paralysie» du pays

Des concentrations de camions étaient signalées lundi matin à travers tout le Portugal.

Les transporteurs ont promis une «paralysie» du pays pour protester contre la hausse du prix du gazole.

Dans la nuit, la gendarmerie portugaise a aussi signalé plusieurs incidents impliquant des poids-lourds qui ont été caillassés alors qu'ils roulaient ou étaient stationnés sur des aires de service d'autoroutes. Aucun blessé n'a été signalé mais plusieurs camions ont eu leur pare-brise brisé, selon les gendarmes.

Patronat critiqué

Le mouvement, voté par les entrepreneurs de transports et routiers indépendants contre l'avis de leur Fédération, a également été condamné par les chauffeurs qui ont dénoncé leur «utilisation par le patronat».

Les transporteurs routiers en colère ont mis en place des piquets à l'entrée de plusieurs usines pour empêcher la sortie des camions. Selon les gendarmes, dans la plupart des cas, les transporteurs empêchent seulement le passage des poids-lourds et laissent circuler les automobilistes.

Dimanche, la fédération des syndicats des chauffeurs routiers portugais (FECTRANS) s'était élevée contre la grève illimitée votée par les entrepreneurs du secteur, dénonçant une prise en otage des chauffeurs par le patronat.

Selon les estimations officielles, le secteur des transports de marchandises emploie au Portugal 70 000 personnes, dont quelque 40 000 chauffeurs, qui travaillent au sein de 5000 entreprises.

Taxes abaissées

Les transporteurs portugais, la plupart indépendants ou patrons de très petites entreprises, réclament notamment un «gazole professionnel» avec des taxes abaissées.

La flambée du gazole a déjà provoqué il y a dix jours une grève des pêcheurs et armateurs portugais, qui ont obtenu du gouvernement une ligne de crédit de 40 millions d'euros sur cinq ans, une réduction de moitié des taxes portuaires et la création d'un groupe de travail chargé d'étudier de nouvelles mesures pour le secteur.

(ats)

Ton opinion