Actualisé 23.03.2016 à 08:06

Attentats à BruxellesLes transports européens plongés dans le chaos

Les attentats de Bruxelles ont fortement perturbé le trafic en Europe mais les transports repartent peu à peu dans la capitale belge.

1 / 76
27.06 Selon le «Sunday Times», Mohamed Abrini est devenu l'informateur de la police britannique.

27.06 Selon le «Sunday Times», Mohamed Abrini est devenu l'informateur de la police britannique.

18.05 Mohamed Abrini, alias «l'homme au chapeau», avait laissé un testament dans lequel il expliquait vouloir mourir en martyr.

18.05 Mohamed Abrini, alias «l'homme au chapeau», avait laissé un testament dans lequel il expliquait vouloir mourir en martyr.

AFP
08.05 Le monde entier a vu le visage de Nidhi Chaphekar, hôtesse de l'air indienne, victime des explosions à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars dernier. Enfin guérie, elle se confie.

08.05 Le monde entier a vu le visage de Nidhi Chaphekar, hôtesse de l'air indienne, victime des explosions à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars dernier. Enfin guérie, elle se confie.

AFP

Les transports ont recommencé peu à peu à fonctionner mardi en Belgique après les attentats de Bruxelles qui ont poussé pratiquement toute l'Europe à renforcer ses dispositifs de sécurité. De Londres à Rome, les gouvernements européens ont relevé leur vigilance antiterroriste et accru la protection de certains sites, notamment les gares, aéroports ou centrales nucléaires.

Retrouvez ici les événements minute par minute à Bruxelles

Le niveau d'alerte antiterroriste est passé à son niveau maximal en Belgique et la sécurité a été renforcée autour des deux centrales nucléaires du pays, dont le personnel non nécessaire à l'exploitation a été évacué.

Contrôles aux frontières

France, Allemagne et Pays-Bas ont renforcé les contrôles à leurs frontières avec la Belgique, imités par d'autres pays non limitrophes comme le Portugal. Londres a déconseillé à ses ressortissants de se rendre à Bruxelles.

La Bulgarie a aussi annoncé mettre en place un contrôle systématique à toutes ses frontières, et a maintenu un exercice antiterroriste préalablement prévu, notamment dans le métro de Sofia. «Nous avons instauré 100% de contrôles aux frontières immédiatement après avoir reçu les informations sur les attaques de Bruxelles», a déclaré la ministre de l'Intérieur Rumyana Bachvarova.

Les métros, de même que les aéroports ou les gares ont vu leur sécurité renforcée un peu partout, à Paris, Francfort, Copenhague, Prague...

A New York aussi

L'onde de choc a traversé l'Atlantique, la police de New York annonçant qu'elle renforçait la sécurité «par précaution» et pour «rassurer le public», et celle de Washington musclant ses patrouilles dans le métro.

La Russie, endeuillée fin octobre par un attentat visant un charter dans le Sinaï égyptien, a aussi intensifié les contrôles et décidé d'employer des appareils détectant certains gaz dans les bagages.

Des véhicules blindés ont été envoyés dans les aéroports parisiens d'Orly et de Roissy et en Espagne, police anti-émeute et unités canines étaient déployées à l'aéroport de Barcelone. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a évoqué «un renforcement des patrouilles dans les aéroports, (et) dans certaines gares».

En Suisse aussi

A Genève, la police a décidé de «renforcer le dispositif de sécurité sur le site de l'aéroport» et «d'augmenter la visibilité des forces de sécurité autour de plusieurs lieux sensibles», en particulier les gares, les bâtiments internationaux et les lieux de rassemblement. La situation est identique à Bâle, Berne et Zurich, où les polices cantonales adaptent la situation sécuritaire en permanence.

En Norvège, les patrouilles de police à Oslo ont été réarmées. En France, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve prévoit de déployer au total 1.600 policiers et gendarmes supplémentaires.

Pour renforcer la sécurité dans les transports en commun, les autorités vont réserver l'accès aux zones publiques des transports «aux personnes munies d'un billet et/ou d'un titre d'identité» et mettre en place des «mesures de contrôle et palpation systématiques».

Registre européen des passagers

De plus, la France, par la voix de son Premier ministre Manuel Valls a de nouveau appelé le Parlement européen à adopter rapidement le registre européen des passagers aériens, dit «PNR», malgré l'hostilité de parlementaires européens, de gauche notamment, à l'encontre de cet outil de l'antiterrorisme.

«A mon tour, je le dis: il est temps de l'adopter. Et je dis notamment aux groupes socialiste et écologiste du Parlement européen: chacun doit prendre ses responsabilités (...) On a assez perdu de temps sur cette question», a-t-il dit devant les députés français à l'Assemblée nationale.

Le trafic reprend à Bruxelles

Bruxelles, après le chaos provoqué dans les transports, une partie du trafic reprenait mais le retour à la normale n'est pas pour tout de suite.

«Reprise des transports publics à #Bruxelles: stations de gare rouvertes-sécurité renforcée» tweettait en fin d'après-midi le centre de crise belge. Cette reprise doit permettre aux Bruxellois venus travailler avant les attentats du matin de rentrer chez eux. Deux lignes de métro sur quatre ont été rouvertes.

Métros et bus à l'arrêt, aéroport et gares évacués, vols annulés... la Belgique s'était retrouvée en partie coupée du monde après les attentats de mardi, avec des répercussions partout en Europe.

500 vols annulés

Selon Eurocontrol, l'organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne, quelque 500 vols ont été annulés pour la seule journée de mardi à Bruxelles-Zaventem, et les avions déjà en route au moment des explosions ont été redirigés vers d'autres aéroports belges ou néerlandais.

L'aéroport, où une troisième bombe non explosée a été découverte dans l'après-midi, restera fermé mercredi, a annoncé le PDG de la société exploitante Brussels Airport sur son compte Twitter.

Du côté des trains, le trafic des Thalys (liaisons Paris-Bruxelles-Amsterdam-Cologne) a été interrompu. Deux allers-retours exceptionnels Paris-Bruxelles ont toutefois été mis en place mardi soir. Le trafic sera rétabli mercredi, avec cependant quatre trains annulés dans la matinée.

Eurostar repart

La liaison Eurostar entre Bruxelles et Londres a repris aussi progressivement dans l'après-midi, après avoir été également suspendue dans les deux sens une partie de la journée, la compagnie espérant un retour à la normale mercredi.

Côté autocars, les liaisons entre la France et la Belgique étaient soit suspendues, soit fortement perturbées, selon les compagnies. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!