Actualisé 05.04.2020 à 15:16

Suisse

Les transports publics veulent plus de subsides

L'Union des transports publics déplore plusieurs centaines de millions de francs de pertes liées au coronavirus. Et réclame des subsides supplémentaires à la Confédération.

Les aides d'urgence prévues par la Confédération sont de loin insuffisantes pour couvrir les pertes financières de la branche des transports publics, affirme l'UTP.

Les aides d'urgence prévues par la Confédération sont de loin insuffisantes pour couvrir les pertes financières de la branche des transports publics, affirme l'UTP.

Keystone

Les entreprises de transports publics ont demandé des subsides supplémentaires à la Confédération et aux cantons en raison des fortes pertes financières liées à la crise du coronavirus. L'Union des transports publics (UTP) déplore, dans une lettre adressée à la ministre des transports Simonetta Sommaruga, des pertes de plusieurs centaines de millions de francs.

Les aides d'urgence, les indemnités pour chômage partiel et la suspension des investissements prévues par la Confédération seront de loin insuffisantes pour couvrir les pertes financières de la branche des transports publics, peut-on lire dans une lettre datée du 26 mars, adressée à la présidente de la Confédération et dont fait état la «SonntagsZeitung». Un courrier dont Keystone-ATS a aussi pris connaissance.

Service de base à assurer

L'UTP s'y plaint que la plupart des recettes issues de la vente de tickets individuels tombent en raison des mesures prises contre la pandémie. Parallèlement, les chemins de fer doivent continuer de proposer un service de base. De plus, les détenteurs d'abonnement général demandent un remboursement ou déposent leur sésame.

Les pertes totales se chiffrent en centaines de millions de francs par mois, écrit l'UTP. Par ailleurs, plusieurs entreprises de transports continuent de verser un salaire complet à leurs collaborateurs malgré le chômage partiel.

La fédération demande à la conseillère fédérale socialiste un plan d'action et d'aide. Aucun montant clair n'est articulé. Les coûts supplémentaires et les pertes de rendement liés à la situation ne peuvent pas encore être estimés précisément, selon l'UTP.

En temps normal, presque 500 millions de francs sont encaissés par mois via la vente de billets et d'abonnements par les entreprises de transports, indique toutefois le directeur de l'UTP Ueli Stückelberger, cité par la «Sonntagszeitung». Depuis le semi-confinement, entre 60 et 80% de ces recettes sont tombées. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!