05.10.2020 à 22:14

Arménie-AzerbaïdjanLes troupes du Karabakh se retirent de «certains secteurs»

Les forces séparatistes soutenues par l’Arménie ont annoncé, lundi, leur retrait de la ligne du front au Nagorny. La France, la Russie et les Etats-Unis condamnent, eux, l’attaque des civils.

Jusqu’ici, les séparatistes, soutenus par l’Arménie, ont démenti toutes les conquêtes militaires annoncées par l’Azerbaïdjan.

Jusqu’ici, les séparatistes, soutenus par l’Arménie, ont démenti toutes les conquêtes militaires annoncées par l’Azerbaïdjan.

AFP

Les troupes séparatistes du Nagorny Karabakh se retirent de «certains secteurs du front» à des fins «tactiques», a indiqué sans plus de précisions lundi la présidence de cette république autoproclamée engagée dans un conflit armé avec l’Azerbaïdjan.

«Afin d’éviter les spéculations, je veux souligner que dans certains secteurs du front, dans un but tactique, l’armée a retiré des soldats, afin d’éviter des pertes inutiles et infliger de plus grands dommages à l’adversaire», a dit sur Facebook le porte-parole de la présidence Vahram Poghossian.

Il a par ailleurs assuré que les succès des forces séparatistes étaient «tangibles» sur les deux fronts, nord et sud, assurant que «le jour est proche» où l’armée azerbaïdjanaise «va commencer sa retraite».

Éviter des pertes inutiles

S’il n’a donné aucune précision sur les lieux d’où ont été retiré les troupes ni de l’ampleur de ces mouvements, c’est la première fois que le Nagorny Karabakh laisse entendre qu’il a abandonné des positions depuis le début des hostilités le 27 septembre.

Cette publication intervient après que le ministère azerbaïdjanais de la Défense a publié un communiqué indiquant que des forces arméniennes avaient «abandonné leurs positions militaires» dans le district de Hadrout.

Jusqu’ici, les séparatistes, soutenus par l’Arménie, ont démenti toutes les conquêtes militaires annoncées par l’Azerbaïdjan.

Attaques des civils condamnées

La France, la Russie et les Etats-Unis, membres du groupe dit de Minsk, ont dénoncé lundi les attaques au Nagorny Karabakh visant apparemment des civils, estimant qu’elles constituaient une «menace inacceptable pour la stabilité de la région».

Dans un communiqué, les ministres des Affaires étrangères des trois pays «soulignent sans aucune réserve que les attaques récentes qui auraient visé des installations civiles» et «le caractère disproportionné de telles attaques constituent une menace inacceptable pour la stabilité de la région». Ils appellent de nouveau à un «cessez-le-feu immédiat et sans condition».

Exportations d’armes suspendues

Le Canada a annoncé lundi qu’il suspendait ses exportations d’armes vers la Turquie. Une enquête est en cours sur de possibles livraisons par ce pays de matériel militaire canadien en Azerbaïdjan.

«Dans le respect du régime rigoureux de contrôle à l’exportation du Canada, et compte tenu des hostilités continues, j’ai suspendu les licences d’exportation pertinentes vers la Turquie, le temps de mieux évaluer la situation», indique le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne dans un communiqué.

(AFP/ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!